Se connecter S’abonner

Emprunt immobilier : les taux d’usure varient très légèrement au 1er janvier 2021

Un arrêté, publié le 26 décembre 2020 au Journal officiel et applicable au 1er janvier 2021, a fixé les taux d’usure. Au vu de leur faible variation, les répercussions sur l’obtention de prêts immobiliers devraient être faibles.

assurance
Depuis l’entrée en vigueur du dispositif, plusieurs associations de consommateurs et assureurs accusent certaines banques de bloquer les demandes en jouant sur le flou qui entoure la question de la date anniversaire de la souscription de l’assurance emprunteur. Crédit: iStock.

Les nouveaux taux d’usure applicables au 1er janvier 2021 viennent d’être publiés (Journal officiel du 26 décembre). Ainsi, ce taux est fixé à 2,57% pour les prêts immobiliers d’une durée comprise entre 10 ans et moins de 20 ans, soit une légère augmentation par rapport au quatrième trimestre de 2020, à 2,52%. En revanche, il passe à 2,56% pour les prêts de moins de 10 ans, contre 2,52% précédemment. Concernant les emprunts immobiliers de plus de 20 ans, le taux d’usure est fixé à 2,67%, soit une très légère baisse par rapport au trimestre précédent, 2,68%. Il diminue pour les prêts-relais, passant début 2021 à 2,97% contre 3,01% au quatrième trimestre de 2020. Rappelons qu’il s’agit du taux annuel effectif global (TAEG) au-dessus duquel il est interdit d’accorder un prêt immobilier.

Ces évolutions sont mineures et ne devraient avoir aucun impact sur l’obtention des emprunts immobiliers, relève Boursier.com. Ce taux d’usure est calculé à partir du taux effectif moyen pratiqué par les établissements bancaires au trimestre précédent, en y ajoutant un tiers. Ainsi, le taux moyen appliqué pour les prêts de moins de dix ans était de 1,92% au quatrième trimestre 2020. Pour les prêts compris entre 10 ans et moins de 20 ans, le taux pratiqué était de 1,93% et de 2% pour les prêts de 20 ans et plus. Il était de 2,23% pour les prêts-relais. Le taux d’usure est un taux maximum qui inclut le taux nominal du crédit, le taux de l’assurance, les frais liés à la garantie, les honoraires et éventuels frais de dossier, qui ont augmenté en 2020, rappelle encore Boursier.com.

Taux d’intérêt légal

Par ailleurs, un arrêté fixant aussi les taux de l’intérêt légal applicables au premier semestre 2021 a été publié au Journal officiel le 26 décembre 2020. Il correspond « à une somme d’argent due à un créancier en cas de retard de paiement notamment en matière bancaire, de surendettement, de crédit, de divorce ou entre professionnels », précise le site service-public.fr. Il est fixé à 3,14% pour le premier semestre 2021 pour les créances des particuliers, contre 3,1% au second semestre 2020. Le taux de l’intérêt légal applicable pour les créances des professionnels est établi à 0,79%, contre 0,84% lors de la dernière période.