Se connecter S’abonner

Immobilier : le prix reste le premier critère pour les 20-30 ans

Les jeunes ont des aspirations immobilières plutôt classiques, une maison individuelle dans une ville moyenne, selon l’enquête de la Fédération des promoteurs immobiliers et du cabinet Deloitte.

À quoi rêvent les 20-30 ans en termes d’immobilier ? Voilà la question à laquelle a voulu répondre l’étude de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) et de Deloitte. Visiblement, les aspirations relatives au logement n’ont pas vraiment changé. « Les facteurs de continuité semblent largement prévaloir », note l’enquête. Les jeunes aspirent, en effet, à habiter dans une maison neuve individuelle dont ils seraient propriétaires, qui serait isolée et bien située, dans une ville moyenne. Cependant, les 20-30 ans restent réalistes et place le prix en premier critère pour leur habitation. 

La propriété reste une priorité pour les jeunes 

La jeune génération reste fondamentalement attachée à la propriété. 94% des personnes interrogées placent l’achat d’un logement comme une priorité. Il s’agit avant tout d’une sécurité, puis d’un investissement. Enfin, la propriété est une marque de réussite sociale, pour les 20-30 ans. Une grande majorité des 600 individus sondés a une préférence pour l’immobilier neuf, surtout depuis le confinement où 36% des jeunes affirment s’orienter davantage vers du neuf. Malgré cette préférence, par souci de l’environnement, 77% d’entre eux considèrent qu’il vaut mieux rénover de l’ancien plutôt que de construire de nouveaux logements. 

Les 20-30 ans recherchent des biens aux qualités classiques : abordable, spacieux, connecté, respectueux de l’environnement et bien isolé, selon l’étude. Le premier critère reste donc le prix, pour 37% d’entre eux. Vient ensuite la localisation, citée par 29% comme une priorité. L’emplacement idéal est pour eux une ville moyenne de plus de 10 000 habitants, proche des transports, d’espaces verts et du centre-ville. Mais les sondés sont prêts à des sacrifices, et à rogner des mètres carrés au profit de logements bien agencés et bien situés. 

Une différence entre le rêve et la réalité 

Face à un contexte compliqué, les jeunes font la différence entre le rêve et la réalité. Ainsi, si 73% aspirent à la vie en maison individuelle, seulement 30% pensent que c’est ainsi qu’ils vivront. À l’inverse, 48% se voient vivre dans un appartement, alors qu’ils sont seulement 27% à en exprimer la volonté.