Se connecter S’abonner

Immobilier à Paris : les prix devraient baisser début 2021

Selon les notaires du Grand Paris, cela ne s’était plus produit depuis 2013 : la capitale française n’est plus le moteur du marché immobilier francilien. Les prix devraient y baisser de 1,4% entre novembre 2020 et mars 2021.

immobilier
Crédit: istock.

Les notaires du Grand Paris constatent le début d’une baisse des prix de l’immobilier dans la capitale. Le prix passerait de 10.850 euros le mètre carré en novembre 2020 à 10.700 euros le mètre carré en mars 2021, soit une baisse de 1,4% selon la chambre, qui communique ces données jeudi 28 janvier en fonction des avant-contrats signés. « Du fait de cette tendance baissière récente, la hausse annuelle du prix des appartements serait limitée à 2,3% en mars 2021 dans la capitale, soit le plus faible niveau de la région avec la Seine-et-Marne (+1,9%) », indiquent les notaires. Cependant, la hausse annuelle des prix resterait à 6,2% pour les appartements en petite couronne, et elle serait ramenée à 3,4% seulement en grande couronne. Les prix devraient encore augmenter pour les maisons entre décembre 2020 et mars 2021, de 1,3%, soit une évolution annuelle des prix de 7% environ dans les deux zones.

Dans l’ensemble de la région Ile-de-France, le prix des logements a augmenté de 6,6% en un an entre novembre 2019 et novembre 2020. Une hausse de 6,5% pour les appartements et de 6,9% pour les maisons, et de 6,3% pour les appartements de Paris. Ainsi, la hausse annuelle des prix des maisons s’accélère, selon les notaires, qui affirment que les tendances observées les mois précédents se confirment. La variation trimestrielle est de 2,4% entre le mois d’août et le mois de novembre, et de +3,3% après correction des variations saisonnières, note le communiqué. Cependant, la hausse des prix des appartements est plus modérée, de 1,5% en trois mois.

Les communes en bordure du périphérique restent moins chères

Du côté des appartements situés dans les communes en bordure du périphérique, les prix restent bien en-dessous de ceux pratiqués à Paris. Si le prix du mètre carré dépasse les 10.000 euros en moyenne dans la capitale, il est de 7.000 euros le mètre carré juste en dehors de la petite ceinture et la décote de 30% est restée la même en 2019 et en 2020 selon les notaires.  Cependant, il y a des grandes disparités entre les communes : à Neuilly-sur-Seine par exemple, le prix du mètre carré était de 10.870 euros au 3e trimestre 2020, presque aussi élevé qu’à Ternes, le quartier parisien attenant, alors qu’à Aubervilliers et Saint-Denis les prix tournent autour de 3.900 euros le mètre carré, soit 57% moins chers qu’à la Chapelle (9.070 euros le mètre carré).

Baisse modérée des transactions

Du côté du volume des ventes, l’activité est restée soutenue malgré les circonstances. En Ile-de-France, 46.640 logements anciens ont été vendus en trois mois, de septembre à novembre 2020. Selon les notaires, c’est à peine 2% de moins qu’à la même période en 2019. « C’est d’autant plus remarquable que 2019 était une année record. Ces transactions portent sur des avant-contrats signés deux à trois mois plus tôt, en juin et pendant les mois d’été où l’activité économique avait retrouvé de la fluidité », notent les notaires. En revanche, le deuxième confinement a freiné la signature des avant-contrats, ce qui va freiner les volumes de vente début 2021. La maison tire son épingle du jeu, avec une hausse des volumes de vente de 4%, par rapport à la même période de 2019. En revanche, les ventes d’appartements ont baissé de 5%. Paris souffre particulièrement avec une activité en chute de 13%, toujours dans l’ancien, de septembre à novembre 2020 par rapport à 2019.