Se connecter S’abonner

Le pouvoir d’achat immobilier a diminué de 13% en vingt ans

Entre 1999 et 2019, le pouvoir d’achat immobilier des Français a baissé de 13% selon les notaires. Cependant, il a connu une forte hausse ces dix dernières années.

immobilier
Crédit : iStock.

Le pouvoir d’achat immobilier est calculé par les notaires de France, qui divisent la capacité d’emprunt des ménages par le prix moyen au mètre carré des logements vendus. Ainsi, en vingt ans, il a globalement diminué : la baisse est de 13% entre 1999 et 2009, selon l’étude publiée vendredi 29 janvier 2021. En moyenne, un ménage pouvait s’acheter un logement de 90 mètres carrés en 2019, contre 100 mètres carrés en 1999. Mais cette baisse est à relativiser et les notaires ont étudié le pouvoir d’achat immobilier sur deux phases. La première, entre 1999 et 2008, où il est passé de 100 à 60 mètres carrés, soit -42%, son niveau le plus bas. Une seconde, de 2008 à 2019, où le pouvoir d’achat est remonté (sauf en 2011), pour atteindre donc 90 mètres carrés, soit une hausse de 49% depuis 2008.

La première phase a connu une hausse continue des prix de l’immobilier, écrivent les notaires, de +89% entre 1999 et 2008, avec des taux de crédit oscillant entre 3,7% et 5,9%. Ces deux facteurs expliquent la baisse du pouvoir d’achat immobilier des Français en dix ans. Ensuite, les prix de l’immobilier ont alterné hausses et baisses, jusqu’en 2015 selon cette étude.

Pouvoir d’achat plus faible en Ile-de-France et en PACA

Ils se sont ensuite stabilisés à -9% entre 2008 et 2019. Les taux de crédits ont également baissé de manière quasi continue, de 5% à 2008 à 1,4% en 2019. De plus, le revenu disponible des ménages a évolué entre -2 et +2%, soit de manière plus faible que les autres facteurs déterminants du pouvoir d’achat immobilier. L’augmentation de la durée d’endettement, de 16 à 20 ans en moyenne entre 2000 et 2008, a réduit les mensualités à payer pour les emprunteurs.

Le pouvoir d’achat immobilier diffère en fonction des régions. Ainsi, en 2019, il est plus faible dans les régions Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur, soit entre 50 et 60 mètres carrés, régions les plus chères. Ensuite, il se situe autour de 90 mètres carrés en Aquitaine, en Rhône-Alpes et dans le Languedoc-Roussillon.

L’exception alsacienne

En revanche, le pouvoir d’achat est plus élevé dans le Nord-Est de la France (150 mètres carrés), sauf en Alsace, ainsi que dans le Limousin, où il est de 180 mètres carrés. A noter que depuis 2008, le pouvoir d’achat immobilier a le moins augmenté en Corse, en Ile-de-France et en Aquitaine : autour de 30% selon les notaires. Au contraire, le Languedoc-Roussillon et la Provence-Alpes-Côte d’Azur ont connu une évolution de 70%.