Se connecter S’abonner

Locations touristiques : Airbnb s’engage pour « un tourisme plus responsable »

Le ministère du Logement a demandé aux plateformes de location une meilleure transparence sur l’activité de locations touristiques entre particuliers. Lundi 8 février, Airbnb a annoncé une série d’engagements.

locations
Crédit: iStock.

Vendredi 5 février, Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, a appelé les plateformes de locations touristiques et leurs fédérations à favoriser un tourisme en accord avec les règlements locaux. Le gouvernement leur demande de « s’engager sur la mise en œuvre d’une feuille de route qui établit les attentes de l’Etat et des collectivités et fixe un programme de travail commun », entre l’État, sept associations de collectivités territoriales et 30 villes, agglomérations et métropoles. 

En conséquence, Airbnb a publié un communiqué lundi 8 février pour apporter des garanties. L’entreprise prévoit de « soutenir l’application de la réglementation », en s’engageant auprès des municipalités de Paris, Bordeaux et Lyon à partir d’avril ou de juin, pour que les annonces de logements entiers loués en courte durée soient enregistrées auprès des autorités. Au second semestre, la mesure prendra effet à Lille, Marseille, Nantes, Nice et Strasbourg. Cependant, les locations de « moyenne et longue durée» pourront être réservées même si le logement n’est pas enregistré, prévient Airbnb.

Veiller au respect des 120 jours de location annuel 

La plateforme a annoncé qu’elle travaillerait en lien étroit avec les collectivités locales à « la stimulation de l’offre de logements et à la croissance du potentiel touristique des campagnes françaises », afin que permettre à chacun de bénéficier des retombées économiques du tourisme. Par ailleurs, une « nouvelle ligne téléphonique » sera lancée au second semestre, elle permettra aux voisins de « signaler toute nuisance ».

L’objectif est de permettre une meilleure transparence des locations. Ainsi, les autorités pourront vérifier que les propriétaires ne dépassent pas la limite des 120 jours de location par an, imposée aux résidences principales.