Se connecter S’abonner

Un tiers des ménages français détiennent des crédits immobiliers

Selon l’Observatoire du crédit aux ménages (OCM), plus de 31% des foyers détenaient des crédits immobiliers en 2020, soit le niveau le plus élevé depuis les années 2000.

crédit immobilier
Crédit: iStock.

Malgré la crise sanitaire, les Français restent attachés à investir dans l’immobilier. Ainsi, ils étaient 31,4% à détenir des crédits immobiliers en 2020, selon les derniers chiffres publiés dans un communiqué par l’Observatoire du crédit aux ménages (OCM) le 9 février 2021. De plus, 24,2% des ménages interrogés étaient en cours d’accession à la propriété de leur résidence principale l’an dernier. Pour l’OCM, « il s’agit des niveaux les plus élevés depuis le début des années 2000 ». En revanche, l’année 2021 pourrait connaître une baisse des intentions de souscription à de nouveaux crédits, immobilier ou à la consommation. Pour le premier semestre, ces intentions s’établissent à 4,4% pour les premiers et à 3,7% pour les seconds, soit des chiffres en-dessous des moyennes de longue période.  

L’OCM a établi son rapport à partir d’une enquête réalisée auprès d’environ 10.000 ménages à la fin de l’année 2020. Il établit que le taux des crédits en général a reculé : il était de 46,5% l’an dernier, contre 47,4% en 2019. Ce sont les crédits à la consommation qui sont en recul : ils étaient à 24,9% en 2020, contre 26,5% l’année précédente, « soit le niveau le plus bas constaté par l’Observatoire depuis 1989 », résume le communiqué. La détention de crédits auprès d’une banque ou d’un organisme progresse légèrement, tandis que les crédits obtenus directement auprès du vendeur et l’usage de carte, obtenue auprès de grands magasins par exemple, diminuent.

Plus de confiance

Enfin, les ménages seraient plus confiants sur leurs situations financière et budgétaire, malgré la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. 88,7% estimaient en 2020 que leurs charges de remboursement étaient supportables. C’est un record depuis les années 1980. « L’allègement du poids des charges de remboursement ressenti tient tant à l’amélioration des conditions de crédit constatées ces dernières années qu’à l’impact du réaménagement des dettes immobilières (rachat de créances et renégociations) », écrit l’OCM.  Des dettes qui concernent donc aussi bien l’Etat que les Français. Ainsi, 1.359 milliards d’euros de crédits à l’habitat et à la consommation ont été enregistrés en décembre 2020 selon Les Echos.

Pourtant, la Banque de France estime que le surendettement des ménages a baissé de 24% l’an dernier. Cela s’expliquerait par « les mesures mises en place par le gouvernement, les collectivités locales et de nombreux acteurs privés ou publics pour prévenir les difficultés financières des ménages », écrit la BdF dans un rapport publié mardi 9 février. Mais une fois les aides terminées, la crainte de voir ces ménages basculer dans le surendettement est réelle.