Se connecter S’abonner

Immobilier : un Français sur deux a modifié son projet à cause de la crise

La crise sanitaire a poussé 51% des personnes ayant un projet immobilier à en modifier certains critères, comme le type de logement, le lieu ou encore le prix, selon un sondage BVA pour Drimki.

Ukraine - immobilier
iStock

Malgré la crise sanitaire et économique qui se prolonge, les Français ne semblent pas perdre leur appétit pour l’immobilier. D’après un sondage BVA pour la plateforme d’estimation immobilière Drimki, ils sont 17% à avoir un projet d’achat en février et cette proportion est restée stable depuis un an. « La crise sanitaire, malgré l’instabilité qu’elle crée, ne semble pas avoir d’impact réel sur le désir des Français de se lancer », note ainsi l’enquête. Cependant, le Covid-19 a bien fait évoluer la nature de ces projets.

23% cherchent un nouveau type de logement

51% des Français qui souhaitent acheter affirment avoir été conduits à changer des caractéristiques dans leur recherche. Pour 23%, c’est ainsi le type de logement qui a évolué. Il y a ensuite le lieu d’achat pour 21%. 18% des sondés ont dû revoir le prix et 15% la taille du logement. « On peut penser que là encore, les Français expriment davantage qu’auparavant un besoin d’espace ou de nature, ce qui amène certains à revoir la localisation ou les prestations du logement qu’ils souhaitent acquérir », analyse ainsi Drimki.

Parmi les personnes interrogées, les jeunes sont la catégorie qui est la plus intéressée par l’immobilier. Ils déclarent à 30% vouloir mener un projet immobilier lors des 12 prochains mois. On retrouve ensuite les cadres et les personnes avec des enfants. Sans surprise, donc, le type de projet immobilier qui est le plus cité est l’achat d’un premier logement. En février 2021, ce projet est en hausse de 5%. Les primo-accédants ne sont pas découragés par la situation actuelle.

Moins d’attrait pour l’investissement locatif

En revanche, l’attrait pour l’achat d’un nouveau logement ou d’un terrain et pour l’investissement locatif baisse. Les sondés sont 5% de moins à vouloir changer de logement en février. De la même façon, 18% des personnes interrogées déclarent vouloir acheter un logement pour le mettre en location, alors qu’en novembre, ces dernières étaient 22%.