Se connecter S’abonner

Immobilier neuf : légère baisse des prix en 2020

Le dernier trimestre 2020 affiche une hausse de 1,2% des prix de l’immobilier neuf, par rapport au troisième trimestre, mais une légère baisse sur 12 mois, de 0,9%, selon un baromètre.

immobilier neuf
Crédit: iStock.

Le marché immobilier a connu des bouleversements en 2020 en raison de la crise sanitaire. Au niveau national, le Baromètre digital de l’immobilier neuf, publié chaque trimestre, relève que les prix moyens du mètre carré ont enregistré une hausse de 1,2% sur le dernier trimestre de l’année, par rapport au précédent, mais une légère baisse par rapport au dernier trimestre de 2019, de 0,9%. Cependant, le Baromètre note que les prix du neuf ont particulièrement augmenté dans certaines métropoles, du fait du manque d’offres. « Hors Grand-Paris et Ile-de-France, la situation des métropoles reste très contrastée : Dijon, Saint-Etienne, Nancy sont dans les flops, alors que Nantes, Rennes, Strasbourg et Montpellier sont en forte hausse ! », souligne Olivier Burot, président de l’Institut des constructeurs et promoteurs. Lyon arrive première dans cette catégorie, avec une hausse de 8,1% des prix, à 4.704 euros le mètre carré.

Sans surprise, le Grand Paris détient la plus forte hausse à la fin de l’année 2020, avec +13,9% et des prix au mètre carré à 7.075euros. En Ile-de-France, c’est la Seine-Saint-Denis qui enregistre la plus forte hausse des prix, de 12,4%. Le prix moyen du mètre carré y est de 5.164 euros, selon le Baromètre digital de l’immobilier neuf. Ensuite, les Yvelines affichent une hausse de 8,3%, à 5.596 euros le mètre carré. Les Hauts-de-Seine sont troisièmes de ce classement avec une accélération de 5,3% des prix, à 7.931 euros le mètre carré. Les prix ont augmenté de 5,1% à Paris. De manière générale, ils ont augmenté dans toute la région, sauf dans l’Essonne, qui affiche une baisse de 2% des prix par rapport au dernier trimestre de 2019, à 4.151 euros le mètre carré « Le marché francilien a dû faire face à une forte contraction de l’offre nouvelle due aux élections municipales et au premier confinement, mais également à un regain d’intérêt de nombreux investisseurs institutionnels qui ont souhaité diversifier leur exposition ‘bureau/commerce’ », commente Aurélien Deleu, directeur du marché immobilier chez Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels. « Tout cela a maintenu un niveau de prix élevé », analyse-t-il.

Les prix du neuf baissent dans les Alpes

Dans les autres départements de l’Hexagone, les prix ont particulièrement augmenté dans l’Eure et en Isère, en tête du Top de ce baromètre : +11,7% entre le dernier trimestre de 2020 et le dernier de 2019, respectivement à 2.967 euros et 3.787 euros le mètre carré. Le Pas-de-Calais a aussi connu une forte augmentation de 9,9%, à 4.091 euros le mètre carré. Les départements alpins ont en revanche connu des baisses des prix de l’immobilier neuf. Ainsi, la Haute-Savoie a enregistré une baisse de 6,9%, à 4.997 euros le mètre carré, la Savoie, -15,4% à 5.170 euros le mètre carré et enfin, la plus forte baisse est attribuée aux Hautes-Alpes, -17,8%, à 3.925 euros le mètre carré. « Au quatrième trimestre 2020, près des deux tiers des logements en vente l’étaient dans des départements, hors Ile-de-France, qui avaient vu leur offre se tarir sur les 12 derniers mois », précise Sébastien Le Goascoz, président du groupe Izimmo. Ce Baromètre combine les données de cinq acteurs du secteur : Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, le groupe Izimmo, l’Institut des constructeurs et promoteurs, Leemo et PriceHubble.