Se connecter S’abonner

Prix de l’immobilier à Paris : la fin de l’euphorie ?

La chambre des notaires de Paris annonce jeudi 25 février une augmentation de plus de 5% du prix de l’immobilier ancien à Paris, au quatrième trimestre 2020. Mais la tendance ne va pas durer, les indicateurs avancés montrent une baisse visible les prochaines semaines, selon les notaires.

Crédit: iStock.

En dépit de la crise sanitaire, les prix de l’immobilier ancien ont augmenté l’an dernier dans la capitale française. Ainsi, la chambre des notaires du Grand Paris estime la hausse à 5,4% sur un an au quatrième trimestre 2020, avec un prix du mètre carré à 10.673 euros. « Aujourd’hui, la tension diminue », mais « quand les biens sont au prix du marché, les ventes se font sans négociation », a commenté Thierry Delesalle, le président de la commission des statistiques immobilières de la Chambre. Il a ensuite ajouté que le « coup de frein sur les prix était attendu et bienvenu ». Les notaires notent aussi « une nette différenciation géographique » des prix avec des arrondissements centraux à plus de 12.000 euros le mètre carré, l’ouest parisien entre 10.000 et 12.000 euros et l’est périphérique de la capitale à moins de 10.000 euros le mètre carré.

Des prix « légèrement baissiers dans Paris« 

Les prix résistent ainsi à 10.600 euros le mètre carré et sont « désormais légèrement baissiers dans Paris », notent les notaires, « après cinq ans de hausses ». Ces chiffres ont été publiés en fonction des projections sur les transactions qui seront finalisées en avril. La baisse serait de 0,4% en trois mois (janvier-avril) et le prix serait quasi identique à celui d’avril 2020, qui était de 10.520 euros le mètre carré.

Ce ralentissement graduel se généraliserait en Ile-de-France : les prévisions de baisses trimestrielles de prix de vente seraient de 0,5% pour les appartements et de 1% pour les maisons entre janvier et avril 2021. Les notaires du Grand Paris estiment donc que « la hausse annuelle des prix est appelée à se modérer progressivement, désormais parallèlement au mouvement de fond de ralentissement de l’activité », écrivent-ils dans le communiqué. Dans la petite couronne, les prix des appartements devraient augmenter de 4,2% en un an en avril prochain et de 2,5% en grande couronne. La hausse serait ramenée à 5,2% pour les maisons en petite couronne et à 5,6% en grande couronne.

Les volumes des ventes dans l’ancien en baisse de 12% en Ile-de-France

Autre constat dressé par la chambre des notaires du Grand Paris : les volumes de ventes de logements anciens ont baissé en Ile-de-France de 12% pour les maisons comme pour les appartements, à 159.140. Le quatrième trimestre a permis de réduire la baisse des volumes de ventes observées les neuf premiers mois de 2020. Ainsi, « l’année 2020 retrouve des niveaux similaires à l’année 2016 », précisent les notaires, qui constatent aussi que les prix ont augmenté de 6,4% sur un an.

C’est la capitale qui a été la plus touchée par la baisse du nombre de transactions : -16% sur 12 mois. Les notaires anticipent une baisse des volumes de ventes au premier trimestre 2021 dans la région. « La résistance globalement un peu meilleure du marché en France avec un recul limité des volumes de ventes de 4% de 2019 à 2020 pose la question d’une moindre attractivité de l’Ile-de-France et, à l’intérieur de l’Ile-de-France, du cœur de l’agglomération », écrivent les notaires.

Hausse des prix des logements anciens en France

L’Insee a aussi publié ses chiffres sur les prix des logements anciens ce jeudi 25 février. Ainsi, la hausse s’est accentuée sur tout le territoire national (hors Mayotte) au quatrième trimestre 2020, de 2,4% par rapport au troisième trimestre, après une hausse de 0,6% et de 1,4% aux trimestres précédents. La hausse se poursuit donc sur un an, de 6,5%, après +5,2 et +5,6% aux troisièmes et deuxièmes trimestres.