Se connecter S’abonner

Immobilier : les prix flambent dans les Alpes du nord

L’immobilier des Alpes du nord a enregistré une hausse des prix de 7% en un an selon MeilleursAgents.

Crédit : iStock.

Les Alpes du nord ont connu une augmentation des prix de l’immobilier supérieure à toutes les villes de France qui ont enregistré des hausses l’an dernier. C’est en tout cas ce qu’avance MeilleursAgents dans Le Parisien : +7% en un an, c’est 1,5 point de plus que l’augmentation enregistrée à Nantes (5,5%), qui est la ville, parmi les plus grandes communes françaises, ayant connu la plus forte hausse des prix immobiliers selon l’expert. Ainsi, les prix moyens sont même supérieurs à l’Ile-de-France, hors Paris et Hauts-de-Seine. Sur la période 2019-2020, la hausse était de 6%. Tous les massifs montagneux ont connu « une attractivité », selon Barbara Castillo Rico, responsable des études économiques chez MeilleursAgents. « Ce sont quand même les Alpes du nord qui en ont le plus profité », souligne-t-elle.

Il y a eu plus de 2.500 transactions par an dans cette zone, le plus grand nombre par rapport aux autres massifs. Les prix atteignent ainsi des sommes vertigineuses : un deux pièces de 37 mètres carrés se vend 549.000 euros à Val d’Isère, soit 14.800 euros le mètre carré. Un appartement de 124 mètres carrés s’affiche à 2.612.500 euros, soit 21.000 euros le mètre carré. Val d’Isère est la station la plus chère de France : le mètre carré y est à 12.272 euros en moyenne. La clientèle étrangère, « surtout anglaise », et la rareté des produits sont des facteurs qui boostent les prix dans cette station, selon la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) des Alpes du nord, tout comme à Méribel et Megève, mais « dans une moindre mesure », précise à nos confrères Jean-Jacques Botta, délégué FNAIM.

Un engouement plus modéré pour les Pyrénées et les Alpes du sud

Autres massifs qui enregistrent des hausses des prix immobiliers, les Alpes du sud et les Pyrénées, respectivement de +0,2% et de 0,8%, selon MeilleursAgents, et moins de 150 transactions par an. Malgré l’arrêt des remontées mécaniques, les stations de montagne attirent toujours. Les stations pyrénéennes attirent plutôt des Bordelais et des Toulousains, tandis que celles des Alpes du sud séduisent les habitants de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Enfin, le Jura est plus cher, avec des prix autour de 2.915 euros le mètre carré, contre 2.624 euros pour les Alpes du sud.