Se connecter S’abonner

Investissement : l’immobilier ancien conserve ses atouts

Investir dans l’ancien reste avantageux en termes de coût, de localisation, de profondeur de l’offre disponible et de respect de l’environnement, estime le spécialiste immobilier Monetivia.

immobilier
©iStockPhoto

Des conditions d’octroi des crédits immobiliers assouplies, des taux bas et des prix qui reculent légèrement dans les grandes agglomérations. Le moment semble propice à l’achat d’un logement. Pour Monetivia, une entreprise française spécialisée en immobilier et en ingénierie patrimoniale, l’immobilier ancien reste avantageux : le coût, la localisation, la profondeur de l’offre disponible et même le respect de l’environnement. Les logements déjà construits ont, qui plus est, l’avantage de permettre au futur propriétaire de se projeter dans une vie de quartier.

En matière de prix, l’immobilier ancien obéit aux lois de l’offre et de la demande. Monetivia estime « qu’un bien ancien est entre 20% et 30% moins cher qu’un bien neuf. C’est pour cela qu’il est difficile de produire du logement neuf en France sans concéder aux investisseurs des avantages fiscaux ». Le prix d’une nouvelle construction dépend, quant à lui, de contraintes telles que la disponibilité et le prix des terrains, de la rémunération du promoteur, etc.

Des offres moins standardisées

Situé dans le cœur des villes et des villages, les habitations anciennes peuvent également se prévaloir d’un certain charme. Même si les épisodes de confinement ont également mis en avant le manque d’extérieurs proposés par une majorité des logements situés dans les centres-villes. En revanche, pour les investisseurs, c’est « l’assurance de se trouver dans un lieu d’activité et de passage, et d’avoir à proximité des commerces, des écoles et des transports ». Des caractéristiques qui influent sur la valeur d’un bien.

Moins standardisées que les nouvelles constructions, les offres proposées dans l’ancien sont source d’une multitude de choix pour le futur acquéreur, quand les promoteurs jouent la carte de la prudence en retenant les critères susceptibles de plaire au plus grand nombre d’acheteurs.

Une possible réduction d’impôt

Et puis, alors que la question environnementale préoccupe de plus en plus de Français, l’immobilier ancien évite l’étalement urbain. Il préserve ainsi les zones non construites et permet de participer à la réhabilitation des quartiers anciens. Enfin, à l’instar du Pinel dans le neuf, l’ancien peut aussi être défiscalisé : depuis la loi Denormandie, si un investisseur achète un bien ancien pour le rénover avant de le mettre en location, il peut bénéficier d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 21% du prix du bien.