Se connecter S’abonner

Immobilier neuf : les ventes ont baissé d’un quart en 2020, la crise est historique

Les promoteurs ont vendu près de 40 000 logements de moins en 2020 qu’en 2019, soit la perte d’un quart de leur activité. Les ventes aux particuliers ont même baissé d’un tiers.

logements
Crédit: iStock.

La crise de l’immobilier neuf est alarmante. La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a présenté, jeudi 4 mars, les chiffres du dernier trimestre 2020 et de l’année entière et parle de situation exceptionnelle : les ventes totales de logements neufs ont baissé d’un quart l’an dernier (-23,3%) par rapport à 2019 et même d’un tiers pour les ventes aux seuls particuliers. « De mémoire d’observatoire, je n’ai pas eu à commenter des chiffres aussi mauvais », a déclaré Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI. « Je ne connais pas beaucoup de secteurs (…) qui ont perdu un quart de leur activité », a-t-elle encore commenté. La crise est « violente, structurelle et durable, car on s’attend à une aggravation dans les mois à venir » pense Alexandra François-Cuxac. Pourtant, la demande est toujours là, mais comme l’offre de logements se réduit, il y a moins de ventes.

En effet, l’offre commerciale a décru de 14% entre fin 2019 et fin 2020, soit moins de 90.000 lots à la vente.  Les mises en vente de logements ont baissé : de 27% au quatrième trimestre 2020 par rapport au quatrième trimestre 2019 et de plus de 33% sur un an. Ce sont les moyennes « les plus basses depuis 20 ans », a précisé Marc Villand, vice-président de la FPI. Une baisse due au fait que les permis de construire « ne sortent pas ». Ce sont les ventes aux particuliers qui ont le plus baissé, les ventes en bloc ont au contraire montré un certain dynamisme. « L’augmentation de ventes en bloc a amorti les autres baisses, mais ça ne suffira pas », a encore commenté Alexandra François-Cuxac.

La crise de l’immobilier neuf ne serait pas uniquement liée au contexte sanitaire de l’an dernier : en trois ans, il y a eu 120.000 logements autorisés en moins, de 500.000 à 380.000. Aucun rebond n’a été enregistré début 2021 pour l’instant. « Cette crise est structurelle, car elle a pris naissance bien avant la crise sanitaire », estime la présidente de la FPI. « Je ne suis pas certaine que tout le monde ait conscience de l’impact d’une crise durable du logement neuf sur le modèle d’habitat des Français », poursuit Alexandra François-Cuxac, qui souhaite renouer « avec un discours volontariste et positif sur la construction de logements », donc travailler avec tous les acteurs, l’Etat, les collectivités locales et les professionnels, pour un modèle de logement neuf « qualitatif, durable et surtout abordable ! »

Les prix ont baissé en France et en Ile-de-France en 2020

Concernant les prix de l’immobilier neuf, ils ont particulièrement baissé en Ile-de-France l’an dernier, de 6,9% selon la FPI, et de 2,1% sur la France entière. « La baisse en France est la résultante de ce qui se passe en Ile-de-France », selon la FPI. Toutefois, les prix ont augmenté en région, de 2,3%, démontrant l’intérêt croissant des Français pour les autres métropoles, autres que Paris et sa région. La FPI note que les prix de l’ancien et du neuf entament une divergence, alors qu’ils avaient la même progression jusque maintenant. La tendance est à surveiller pour savoir si elle sera durable.