Se connecter S’abonner

Immobilier : c’est le moment d’investir dans un parking

Acquérir un parking pour le louer est un pari gagnant selon SeLoger. En effet, le loyer moyen de ce type de bien a augmenté de 3,6% par an entre 2019 et 2020.

Parking
Crédit: iStock.

Investir dans un parking reste une bonne idée, selon une étude de SeLoger publiée par Capital. Le loyer moyen d’un parking a augmenté de 3,6% entre 2019 et 2020 et la demande a évolué de 26,3% sur un an. L’offre, elle, a diminué dans la quasi-totalité des métropoles. Ce qui a favorisé la mise en location de ce type de bien, qui coûte 23.885 euros en moyenne à l’achat.

Le prix d’un parking étant en baisse et les loyers augmentant, l’investissement redevient fortement rentable dans certaines grandes villes, à en croire le site. Trois d’entre elles sont citées en exemple des communes où la rentabilité nette, calculée en prenant en compte les charges de copropriété, la taxe foncière ou encore les autres charges liées aux crédits, a le plus évolué l’an dernier  : Strasbourg, Saint-Denis et Rouen. La rentabilité nette est de quasi 9% dans la capitale alsacienne, car le prix au mètre carré des parkings est le plus bas, 686 euros, soit une chute de 34% sur un an. En parallèle, les loyers y augmentent de 11% sur un an. A Saint-Denis, le prix d’achat est stable sur un an, à 1.318 euros le mètre carré, et les loyers moyens sont de huit euros le mètre carré, soit une augmentation de 34% entre 2019 et 2020. La rentabilité nette y est de 5,4%.

A l’inverse, certaines villes ont vu les prix d’acquisition augmenter plus que les loyers. Il s’agit de Bordeaux, Angers et Nice. La rentabilité des parkings ne dépasse pas 3,3% dans la capitale des Alpes-Maritimes et elle est de 2,7% dans la préfecture de la Gironde. Le mètre carré des parkings se situe à plus de 2.500 euros dans ces deux villes selon l’étude de SeLoger. D’autres villes enregistrent une baisse de la rentabilité nette des parkings, soit Caen, Orléans ou encore Saint-Étienne.

Frais de copropriété et taxe foncière

Pour établir ces chiffres, Seloger a nécessairement calculé la rentabilité brute (donc avant les divers prélèvements et charges évoqués plus haut) des parkings en fonction des prix de vente moyens et des loyers moyens pratiqués dans les 32 plus grandes villes de France.

Les parkings de huit à 15 mètres carrés ont été analysés, écartant les places pouvant accueillir deux véhicules, et la rentabilité nette a été calculée en fonction des frais de copropriété, qui représentent un mois et demi de location, et de la taxe foncière. En effet, cette dernière vient réduire les revenus d’environ 10%, tout comme le paiement d’intérêts du crédit de 0,4% à la banque, explique Capital. Autre facteur à prendre en compte, les périodes de vacances locatives n’ont pas été intégrées au calcul. Par ailleurs, ces revenus locatifs sont fiscalisés au titre de l’impôt sur le revenu.