Se connecter S’abonner

Investissement immobilier : ces quatre grandes villes qui ont la cote

Si la crise du coronavirus a diminué l’attrait des Français pour les grandes métropoles, voici quelques métropoles qui tirent leur épingle du jeu.

Immobilier Strasbourg
Crédit: iStock.

Strasbourg, Lille, Toulouse, Paris… Ces quatre grandes métropoles disposent de nombreux atouts en matière d’immobilier et restent une valeur sûre pour les investissements. Leurs avantages ? Elles continuent de concentrer les principaux bassins d’emplois de l’Hexagone, un véritable plus qui les rend très attractives. C’est notamment le cas de Strasbourg, dont l’aire urbaine a ainsi créé 21.075 emplois au cours des dix dernières années. Ce qui équivaut à une moyenne annuelle de plus de 2.100 nouveaux postes, rapporte le quotidien Les Echos.

De son côté, Lille dispose de sept sites d’excellences métropolitains dont Euralille, Eurasanté ou encore Euratechnologies. Chaque année depuis dix ans, ces sites ont permis la création de 3.416 postes. Autre atout de ces métropoles ?  Elles regroupent les plus grands pôles universitaires en termes de population étudiante. Toulouse dispose par exemple d’un pôle qui rassemble quelque 100.000 étudiants.  

Perspectives de plus-value

De plus, si leurs rentabilités locatives peuvent être inférieures à celles des villes moyennes, les perspectives de plus-value à la revente sont nettement supérieures. C’est ce qui fait de Paris une ville qui séduit toujours autant les investisseurs. Leur intérêt a augmenté de 26,6% en dix ans, précisent les Echos. 

« C’est une valeur qui reste sûre » sur le marché immobilier, explique dans le quotidien Florence Bonan, du réseau l’Adresse. « Du fait de ses nombreuses écoles et universités, chaque année, les étudiants se pressent pour louer des petites surfaces meublées », précise-t-elle. La ville de Toulouse est aussi attractive pour les investisseurs immobiliers avec une rentabilité de l’ordre de 4,8%. La capitale alsacienne offre, elle, une rentabilité de 5,1% pour une durée d’amortissement de seulement 47 mois. A Lille, si le rendement locatif connaît un léger recul, il est tout de même de 5,4%, soit 2% de plus que celui enregistrée dans la capitale française.