Se connecter S’abonner

Immobilier : l’ancien moins à la peine que le neuf

Le nombre de ventes dans l’ancien est resté très élevé en 2020, avec environ 1 million de logements achetés. Le marché du neuf s’est beaucoup moins bien porté, avec une chute de 27,5% des mises en vente par rapport à 2019.
construction
Crédit: iStock.

270 000 ventes de logements anciens n’ont pas eu lieu, à cause de la crise sanitaire et économique qui a marqué l’année 2020. Les ventes dans l’immobilier ancien ont baissé, de l’ordre de 4%, mais le nombre de transactions est resté « extraordinairement élevé », d’après la note de conjoncture du mois de mars du consultant Ikory. À l’inverse, le marché du neuf accuse le coup avec une baisse des mises en vente de 27,5%.

1 024 000 de biens anciens vendus sur le marché immobilier

1 024 000 d’appartements et de maison anciens ont été vendus sur le marché immobilier en 2020, contre 1 067 000 en 2019. Ce nombre reste bien au-dessus de la moyenne observée entre 2000 et 2020, qui est de 811 000 ventes annuelles. Le marché ancien se porte particulièrement bien depuis des années, et l’année 2020 n’a pas marqué de coup d’arrêt. Elle a été la quatrième année consécutive où les ventes ont dépassé la barre des 900 000.

Du côté du neuf, ce sont plus de 82 000 logements qui ont été mis à la vente en 2020, soit une baisse de plus du quart par rapport à l’année précédente. 99 515 ventes ont été totalisées pour atteindre le volume annuel le plus bas depuis 2014. Le marché passe ainsi en dessous de sa moyenne des 20 dernières années, située à 102 000 ventes. « Dans l’ensemble de l’hexagone, l’offre disponible de biens neufs est inférieure à 100 000 unités et ne permet pas d’assurer une année « normale » de commercialisation », note l’étude.

Les prix continuent d’augmenter dans le neuf

La crise sanitaire n’a pas eu beaucoup d’impact sur les prix de l’ancien, qui gonflent de 6,4% en général. Le neuf affiche une moyenne de 4 330 euros le mètre carré en décembre 2020. Malgré le manque de dynamisme du marché, les prix continuent donc de croître, mais à une allure moins vive. Fin 2019, une augmentation de 4,1% était enregistrée, d’après la note de conjoncture.