Se connecter S’abonner

Airbnb : des propriétaires réclament plus de 180.000 euros à la plateforme

Airbnb est mise en demeure par des hôtes qui lui reprochent d’avoir annulé des réservations sans leur accord. La plateforme a annoncé son intention de répondre.

location
Crédit: iStock.

C’est une grosse somme qui est réclamée à Airbnb. En effet, des propriétaires de logements mis en location sur le site de locations saisonnières ont mis en demeure la société le 9 mars dernier de leur rembourser plus de 183.000 euros, révèle Le Figaro. Ces hôtes, représentés par une société, estiment que la plateforme est en faute concernant l’annulation de réservations sans leur accord. Leur avocat, Me Jonathan Bellaïche, déclare qu’ « Airbnb ne peut pas revendiquer être une plateforme de mise en relation et interférer dans les relations contractuelles entre les hôtes qui louent les biens et les voyageurs ». Pour lui, il s’agit bien d’un « éditeur de contenus », et non « d’un hébergeur ». Cet avocat avait obtenu en juin dernier la condamnation de la plateforme dans une affaire de sous-location illégale, rapporte le quotidien.

En effet, des vacanciers ont demandé à Airbnb d’annuler leur réservation, car ils n’ont pu se rendre dans leur maison en raison du Covid-19. Cela concerne 131 réservations sur 200, relève Le Figaro. La plateforme a remboursé tout de suite les touristes et donné une compensation à certains propriétaires, de plus de 12.000 euros au total, en tenant compte de toutes les réservations annulées (pour d’autres raisons que la pandémie de coronavirus). Selon le quotidien, 106 logements sont concernés, la plupart à Paris. Les hôtes attaquent Airbnb sur le fait que la plateforme ne leur a pas demandé leur accord avant de valider l’annulation des réservations. Pourtant, un règlement stipule qu’Airbnb « n’est ni ne devient partie à un quelconque contrat passé entre des membres », et qu’elle n’est « ni courtier immobilier ni assureur », précise le quotidien. En clair, le contrat ne concerne que le locataire et le propriétaire.

Airbnb va répondre à la mise en demeure

Ainsi, les hôtes réclament à la plateforme un montant qui correspond « à la différence entre les sommes (…) versées et les sommes réellement dues », soit plus de 180.000 euros. De son côté, Airbnb assure que « toutes les annulations et tous les remboursements sont mis en œuvre conformément à (ses) conditions de service ». Le site incite pourtant les voyageurs à parler de l’annulation aux hôtes pour trouver une solution.

Dernier volet dans cette affaire, Airbnb a annoncé, mardi 23 mars, son intention de répondre à cette mise en demeure. « Lorsque l’OMS a qualifié l’épidémie de Covid-19 de pandémie, nous avons mis en place une politique relative aux cas de force majeure dédiée dans le but de protéger et de soutenir du mieux possible notre communauté d’hôtes et de voyageurs », déclare la plateforme. En l’occurrence, cette politique relative au cas de force majeure, activée le 14 mars dernier, permet aux hôtes et aux voyageurs ayant effectué une réservation avant cette date, d’annuler gratuitement et sans frais leur réservation.