Se connecter S’abonner

Immobilier : la France dans le top 3 des marchés qui devraient connaître la reprise la plus forte

Après une année 2020 marquée par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, une étude révèle, après un sondage mené auprès de plus de 400 grands investisseurs européens, que ces derniers positionnent la France dans le top des 3 des marchés qui connaîtront la reprise la plus forte. 

CBRE, leader mondial du conseil en immobilier d’entreprise, a dévoilé les résultats d’un sondage européen, mardi 23 mars. 400 grands investisseurs institutionnels européens ont ainsi été interrogés afin de comprendre leurs nouveaux enjeux et stratégies pour 2021. Et même si la crise du coronavirus a pesé sur les volumes investis, les investisseurs sont optimistes. En effet, 60% d’entre eux prévoient d’augmenter leurs volumes d’acquisitions en 2021. « Cet optimisme mesuré, associé à une campagne de vaccination bien engagée en Europe, a conduit CBRE à anticiper une croissance des volumes d’investissement en Europe de 0% à 5% en 2021 », souligne le communiqué

Le secteur des bureaux plébiscité

Et surprise. Les investisseurs placent la France dans le top 3 des marchés qui connaîtront la reprise la plus forte. L’Allemagne et les Pays-Bas prennent la tête du classement. « En 2020, Paris aura été la capitale européenne la plus plébiscitée par les investisseurs avec 20 milliards d’euros investis, devant Londres et Berlin », détaille Nicolas Verdillon, directeur exécutif Investissements de CBRE France. 

Mais dans quel secteur les investisseurs souhaitent-ils investir ? Malgré l’impact des nouveaux modes de travail, le secteur des bureaux reste plébiscité par l’ensemble des investisseurs « en s’affichant comme leur classe d’actifs privilégiée à 35% (60% en France) ». Le Royaume-Uni prend le contre-pied et fait figure d’exception. Le pays place la logistique en tête à 38%. Enfin au niveau européen, le résidentiel et la logistique arrivent en deuxième et troisième position, « respectivement à 24% et 22% des intentions d’investissement ».

« La diversification est au cœur des stratégies et les tendances démographiques portent l’intérêt des investisseurs sur les résidences seniors et étudiantes qui arrivent en première position avec 25% des intentions d’investissements, précise Nicolas Verdillon. L’essor du e-commerce et l’explosion du numérique profitent quant à eux à la logistique, notamment via les data centers qui arrivent en deuxième position à 11% des intentions. Entre intentions exprimées et réalisation, un différentiel pourrait se matérialiser du fait du manque d’offres sur ces classes d’actifs », conclut-il.