Se connecter S’abonner

Immobilier : pour 52,5 % des acheteurs, améliorer son cadre de vie est la première motivation

Un an après le choc du premier confinement, améliorer son cadre de vie est devenu la principale motivation pour plus de la moitié des acheteurs dans l’immobilier, selon une étude.

investissement
Crédit : iStock.

Crise du Covid oblige, les raisons qui poussent à franchir le pas de l’achat d’un bien immobilier ne sont plus les mêmes. D’après une étude publiée par PAP, ce jeudi 25 mars, et réalisée auprès de 18.033 candidats du 15 au 22 mars 2021, l’amélioration du cadre de vie est désormais la première motivation pour investir pour 52,5% des personnes interrogées. Une réponse qui se trouve loin devant les autres critères. Dans la précédente étude du même genre menée par le site en 2016, cette réponse était citée à 37,4%, soit un « bond spectaculaire de 15 points ». 

« Plus que jamais, le projet d’achat d’une résidence principale est un choix, une envie, et non une obligation », rapporte l’enquête. Et certains profils se distinguent en étant encore plus sensibles au choix du cadre de vie. Ainsi, l’ensemble des actifs citent cette motivation à 59,8%, c’est aussi le cas de 59,4% des foyers avec enfants et de 59,1% des personnes vivant à Paris intra-muros ou dans les Hauts-de-Seine. 

Trois profils différents

« Derrière cette tendance générale, on distingue trois profils d’acheteurs avec des comportements spécifiques », souligne PAP. Tout d’abord, les boomers, c’est-à-dire les retraités ou les acheteurs en passe de prendre leur retraite. Ils sont 42% à être prêts à changer de région et à rechercher un nouveau logement à plus de 100 km de leur lieu de résidence actuel. Plus logiquement, ce profil se distingue par le fait d’être très majoritairement propriétaire de leur résidence principale (79,7%). Les retraités sont donc « 82,1% à ne pas avoir recours au crédit pour financer leur future acquisition ». 

Le second profil qui anime le marché immobilier est celui des télétravailleurs. Le télétravail s’est progressivement installé comme un nouveau mode de travail pour une partie des Français. 54,1% des télétravailleurs déclarent que ce nouveau fonctionnement a un impact sur leur projet immobilier.  Parmi eux, 44,1% souhaitent un espace dédié dans leur futur logement et 19,9% déclarent que le télétravail va leur permettre de s’installer plus loin de leur entreprise. Par ailleurs, 35,8% des télétravailleurs « ont augmenté leur budget pour améliorer leur cadre de vie », précise l’enquête.

Le troisième et dernier profil est celui des actifs sans télétravail. Pour cette population, la recherche immobilière ressemble furieusement à celle du monde d’avant. Ainsi, 75,9% d’entre eux « recherchent un logement à moins de 20 km de chez eux faute de pouvoir s’éloigner de leur lieu de travail ».