Se connecter S’abonner

Immobilier : « pas d’explosion des impayés de loyers » selon Emmanuelle Wargon

La ministre en charge du Logement affirme que le nombre d’impayés de loyers n’explose pas, même si elle reconnaît « une inquiétude ».

immobilier
Crédit: iStock.

L’Observatoire des impayés de loyers doit se réunir la semaine prochaine. En attendant, la ministre en charge du Logement, Emmanuelle Wargon, a affirmé sur Radio Classique vendredi 26 mars qu’il n’y avait « pas d’explosion des impayés de loyers » en France. « Ni les bailleurs sociaux, ni les propriétaires privés, ni même les services des départements ne nous disent que les chiffres explosent. Mais il y a une inquiétude », reconnaît toutefois la ministre. L’Etat devrait doubler les aides départementales à la prévention de ces impayés, « donc on met 30 millions d’euros sur la table », précise encore Emmanuelle Wargon. Ainsi, les Français qui font face à des difficultés à payer leur loyer peuvent aller voir les fonds de solidarité locaux. « Il y a des aides qui permettent de faire le joint pendant quelques mois », a indiqué la ministre déléguée au Logement.

Une agence immobilière avait publiquement alerté la ministre sur une possible vague de loyers impayés en 2021 en raison de la crise économique liée à la crise sanitaire. « Ne détournons pas le regard alors qu’une autre vague arrive, celle des impayés locatifs », avait écrit Imodirect dans un communiqué publié le jeudi 7 janvier. L’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) avait de son côté parlé d’une hausse des consultations de particuliers sur ce type de problèmes de 15% entre septembre et octobre 2020.

Trêve hivernale prolongée

Le gouvernement a décidé de prolonger la trêve hivernale jusqu’au 31 mai en raison de l’urgence sanitaire. Cela signifie que les propriétaires ne peuvent expulser leurs locataires qui ne paieraient ni leur loyer ni leurs charges. Cependant, ceux qui disposent d’une décision de justice autorisant l’expulsion peuvent recourir à l’article L153-1 du code des procédures civiles d’exécution, qui stipule que l’Etat doit « prêter son concours à l’exécution des jugements et des autres titres exécutoires. Le refus de l’Etat de prêter son concours ouvre droit à réparation ». Le bailleur peut donc demander une indemnisation. Il doit alors contacter la préfecture.