Se connecter S’abonner

Locations saisonnières : Airbnb donnera 100 euros pour chaque annonce publiée dans une commune rurale

L’association des maires ruraux de France (AMRF) et la plateforme Airbnb signent un partenariat pour développer 15.000 logements dans les campagnes.

maisons de campagne
Crédit : iStock.

La campagne française doit faire partie de la reprise durable du tourisme en France. Alors qu’Airbnb s’était engagée en février dernier pour un tourisme responsable afin d’accompagner la relance, la plateforme de locations touristiques a annoncé le 14 avril la signature d’un partenariat avec l’association des maires ruraux de France (AMRF). Airbnb souhaite développer 15.000 nouveaux hébergements touristiques et « libérer le potentiel touristique des communautés rurales dans toute la France », affiche le communiqué. Le programme s’appelle « Campagnes d’Avenir » : 100 euros seront versés au fonds pour chaque nouvelle annonce Airbnb créée dans une commune rurale.

Ainsi, l’AMRF pourra financer des « projets d’impact et de programmes de formation pour soutenir les communes rurales dans leur développement touristique », précise le communiqué de la plateforme de location. Le président de l’Association des maires ruraux, Michel Fournier, déclare que ses adhérents sont ravis de créer « un nouveau cercle vertueux » pour permettre d’accueillir « davantage de touristes en développant la capacité d’hébergement » des communes rurales. De plus, Airbnb a lancé un programme de formation en ligne pour aider les hôtes et les futurs hôtes dans leur offre d’hébergement sur le site.

Une « concurrence saine »

Les hôtes ruraux d’Airbnb ont encaissé 450 millions d’euros depuis le début de la pandémie selon Le Parisien. L’alliance entre les maires ruraux et le géant capitaliste suscite cependant quelques réactions. « Nous nous sommes posé des questions », affirme au quotidien Michel Fournier. « Nous avons demandé des éclaircissements au sujet du versement de la taxe de séjour, qui a pu poser problème par le passé, mais les choses semblent s’être améliorées. Nous avons aussi insisté pour que la qualité soit au rendez-vous, pas question qu’un particulier puisse mettre en location n’importe quoi ! », précise encore le président de l’AMRF.

De leur côté, les Gîtes de France ont réagi avec bienveillance à ce partenariat. « C’est une concurrence saine », affirme Solange Escure, directrice générale de la Fédération nationale au Parisien. « Elle permet d’augmenter l’offre et de mieux valoriser les territoires. À nous d’être plus performants pour exister avec nos différences. Gîtes de France n’est pas une simple boîte à clés, nous proposons un accueil personnalisé par le propriétaire. Nous avons également pour nous un vrai suivi qualité de nos produits », détaille-t-elle à nos confrères.