Se connecter S’abonner

Consommation : clap de fin pour les grands centres commerciaux

C’est officiel : la construction de grands centres commerciaux est interdite à proximité des villes. Une nouveauté apportée par le projet de loi Climat et résilience.

Black Friday French Days Darty Cdiscount Fnac Boulanger
Crédits: iStock.

La lutte contre l’artificialisation des sols est l’un des thèmes du projet de loi Climat et résilience. Projet qui a été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale samedi 17 avril. Et l’article 52 prévoit l’interdiction de la construction de grands centres commerciaux, à proximité des villes. Ainsi, le texte met « un coup d’arrêt aux centres commerciaux de plus de 10.000 mètres carrés », précise le député Lionel Causse au Parisien, rapporteur LREM du projet de loi. De plus, l’article limite « par le biais de dérogations, les implantations plus petites ». Il s’agit non seulement de protéger la nature et l’environnement autour des villes, mais aussi les petits commerces.  De quoi largement chambouler le quotidien des Français, habitués depuis des décennies à ces grands centres commerciaux, qu’ils affectionnent toujours fréquenter.

L’arrêt de la construction de grandes galeries commerciales en périphérie des villes a déjà commencé avant l’adoption en première lecture de ce projet de loi. Par exemple, le projet Europacity au nord de Paris a finalement été abandonné en 2019, ou encore celui de Val Tolosa, près de Toulouse. « Dans les faits, depuis environ un an, avec la circulaire Castex, plus aucun projet XXL n’a été adopté », précise au quotidien Gontran Thüring, le délégué général du Conseil national des Centres Commerciaux (CNCC). L’enjeu pour l’instance est de rénover les centres existants, souvent vieillissants, et construits au milieu des champs il y a trente ans en moyenne. L’objectif est de les rendre plus attractifs, en y implantant des loisirs comme des cinémas ou même des logements.

Les entrepôts d’Amazon pas concernés

Par exemple, le centre Bobigny 2 va être remplacé en 2023 par une « vraie rue commerçante », selon Gaëtan Wargny, le directeur du développement chez Altaréa-Cogedim Développement urbain. Il y aura des logements, des bureaux, une crèche, un supermarché, un cinéma et des commerces. En revanche, Gontran Thüring, du CNCC, déplore que les entrepôts logistiques tels que ceux d’Amazon ne soient pas concernés par l’article 52 du projet de loi. En effet, plusieurs amendements qui visaient à limiter ces bâtiments n’ont pas été adoptés jeudi 15 avril. Pour Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France, il y a « une inéquité de traitement entre les commerces d’un côté et de l’autre les entrepôts, qui peuvent encore s’implanter là où ils veulent », précise-t-il au Parisien.