Se connecter S’abonner

Immobilier : le télétravail profite aux villes situées à 1 heure des grandes agglomérations

S’il ne se solde pas par un exode vers les communes rurales, le télétravail profite en revanche aux villes situées à maximum une heure de trajet des grands centres urbains.

Immobilier

En matière d’immobilier, Paris a moins la cote, mais pas l’Ile-de-France. D’ailleurs, comme elle, les villes situées à moins d’une heure de Bordeaux, Lyon et Marseille connaissent le même engouement selon une étude réalisée par Meilleurs Agents. Dans un communiqué de presse du jeudi 6 mai, le site souligne que près de la moitié des Français interrogés ont dû télétravailler au moins de façon ponctuelle depuis le début de la crise du Covid-19. Une proportion devrait se maintenir en sortie de crise (47%). Mais le télétravail partiel empêche tout exode lointain. Alors, les Français se tournent vers les communes situées à une heure maximum des grandes agglomérations. Comme le précise l’enquête, « près d’un actif français sur trois envisage ou est en train de déménager ou a déjà déménagé ces huit derniers mois pour gagner en qualité de vie et confort ». A Paris, cette tendance concerne un habitant sur deux.

Pour améliorer leur qualité de vie, les Français sont prêts à allonger leur temps de trajet domicile-travail de 12 minutes. Quelque 75% des actifs interrogés envisagent même un temps de trajet total allant jusqu’à 45 minutes. Pour 70% des sondés, le rêve prend la forme d’une maison dont le budget moyen est de 262.000 euros. « Si la crise sanitaire a ralenti la concrétisation de certains projets, l’intention de changer de cadre de vie, elle, est bien là ! 65% des Français qui souhaitent déménager pensent d’ailleurs le faire dans les 12 prochains mois », analyse Barbara Castillo Rico, responsable des études économiques chez Meilleurs Agents.

Les villes moyennes sont privilégiées

58% des Parisiens affichent le même souhait immobilier, mais ils disposent d’un budget moyen 348.000 euros. Pour s’offrir la nouvelle vie dont ils rêvent, ils sont à 45% à vouloir s’installer en banlieue parisienne, dont 31% dans une commune de la Petite Couronne. Les autres grandes métropoles françaises n’attirent que 14% d’entre eux et ils ne sont que 11% à lorgner sur un logement situé dans une commune rurale.

Moins forte dans les autres grandes villes qu’à Paris, l’envie de déménagement concerne cependant 40% des habitants des grosses agglomérations. Près de la moitié souhaitent rester dans une métropole de province et 41% d’entre eux privilégient les villes de moins de 100.000 habitants. Pour s’acheter une maison, ils disposent d’un budget moyen de 286.000 euros.