Se connecter S’abonner

Immobilier : les demandes de logements étudiants ont reculé de 17%

La crise sanitaire du Covid-19 s’est soldée par un net recul des demandes de logements étudiants. A Paris, elle s’accompagne d’une baisse du prix des loyers de 3,16%.

location en meublé non professionnelle
Crédit: iStock.

La rentrée universitaire 2021/2022 devrait se faire en présentiel. Après une année marquée par trois confinements et des cours en distanciel, les étudiants devraient reprendre le chemin des amphithéâtres en septembre prochain. Un retour à une vie comme avant la crise du Covid-19 qui pourrait aider les propriétaires de logements étudiants à mieux les louer. En effet, selon une étude du spécialiste de la location entre particuliers LocService, publiée le mercredi 9 juin, « l’effet le plus visible de la crise sanitaire sur le marché locatif étudiant est la réduction de la demande. En comparant le volume de demandes de locations étudiantes entre cette année et l’année dernière, on observe un net recul de 17% ».

Elle met également en avant le fait que près de 60% de ceux qui louent un logement aux étudiants ont connu un départ prématuré de leur locataire. Sur les 41.138 demandes de locataires étudiants scrutées, 55% sont en quête d’un studio ou d’un T1. Seuls 19% des étudiants cherchent un logement disposant d’une chambre séparée (T2). Une part en hausse de trois points par rapport à 2020. 

Les colocs et les chambres ont moins la cote

Parallèlement, les locations de chambres simples, indépendantes ou chez l’habitant, ont un peu moins la cote. Elles représentent 6% des recherches (contre 7% en 2020). Les colocations sont elles aussi moins plébiscitées. Quelque 19% des étudiants espèrent vivre entourés, contre 20% l’an dernier.

Si dans la plupart des villes le prix des loyers a augmenté, il a diminué à Limoges, Caen, Champs-sur-Marne, Guyancourt, Créteil et Paris. La capitale affiche même la baisse la plus importante (3,16%). Pour autant, pour se loger en région parisienne, un étudiant devra débourser autour de 771 euros contre 603 euros en province, avec d’importantes variations selon les villes. Et s’il souhaite vivre à Paris, leur budget moyen mensuel, charges comprises, s’élèvera à 856 euros. Pour comparaison, le loyer moyen d’un studio est de 495 euros à Lille. Un prix stable. Il est de 575 euros à Lyon (+1,95% en un an), 569 euros à Bordeaux (+0,71%) ou encore de 499 euros à Montpellier (+0,81%).