Se connecter S’abonner

Immobilier de luxe : les prix s’envolent

L’absence des investisseurs étrangers n’empêche pas les prix de l’immobilier de luxe de flamber. Il faut dire que les acheteurs considèrent ce marché comme une valeur sûre.

Immobilier de luxe
Crédit : iStock.

L’immobilier de prestige ne connaît pas la crise. A Paris, les prix augmentent sans cesse, alors que les clients étrangers ne sont pas encore de retour. En région, le marché des châteaux et manoirs progresse au point que la demande tend à dépasser l’offre. A elle seule, l’Ile-de-France attire un peu plus de 40% des recherches des futurs acheteurs de biens immobiliers de luxe. D’après une étude réalisée par Daniel Féau, spécialiste de ce marché, le montant des ventes cumulées de biens d’une valeur supérieure à trois millions d’euros a bondi de 151% pendant les six premiers mois de 2021, par rapport au premier semestre de 2019. 

Les recherches portent tout particulièrement sur les hôtels particuliers et les appartements avec terrasses ou jardins. Une quête d’un extérieur qui s’explique par les différents confinements. Ceux qui ne trouvent pas cet espace extérieur à Paris intramuros, n’hésitent pas à passer de l’autre côté du périphérique. Les maisons mises en vente à Neuilly, Boulogne-Billancourt, Saint-Cloud, Saint-Germain-en-Laye ou encore à Versailles ne restent que quelques jours sur le marché. D’une manière générale, les délais de vente battent des records de vitesse et leur montant a doublé dans l’ouest de la capitale. Un dynamisme d’autant plus étonnant que les investisseurs étrangers ne sont pas encore vraiment de retour en France.

Une valeur refuge

Exception dans cette bulle de l’immobilier de luxe, les biens familiaux trouvent plus difficilement preneurs. Très recherchés avant le début de la pandémie, le prix de ces appartements avec deux ou trois chambres varie entre 1 million et 1,5 million d’euros, ne séduisent plus. Et pour cause, rares sont ceux qui disposent d’un extérieur.

Ailleurs en France, les achats de demeures à la fois luxueuses et historiques progressent, notamment en Touraine. La clientèle fortunée déjà bien présente dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur investit de plus en plus sur la côte atlantique. La côte de la Bretagne et de l’Aquitaine grimpe en flèche. Selon le site, les porteurs de projets sur le marché de l’immobilier de luxe sont 83% à considérer la pierre française comme une valeur refuge. Ils n’étaient que 67 % dans ce cas il y a deux ans.