Se connecter S’abonner

Ventes immobilières : attention aux arnaques des faux mails de notaires

Après avoir répondu à des mails falsifiés de leur notaire, des particuliers ont effectué le paiement d’un achat immobilier à des escrocs, alerte UFC Que Choisir.

Notaire
Crédit : iStock.

Une nouvelle forme d’escroquerie en ligne a fait son apparition, alerte l’UFC Que Choisir dans un communiqué. Et les sommes dérobées sont considérables. A chaque fois, le procédé utilisé par les escrocs est le même : des particuliers qui s’apprêtent à acquérir un bien immobilier reçoivent un faux mail d’un notaire dans lequel il leur est demandé de verser un acompte sur un compte bancaire. Il s’agit en fait du compte des pirates informatiques. Nord, Ile-de-France, Sud-Ouest… Les services de gendarmerie ont relevé plusieurs plaintes concernant cette nouvelle forme d’arnaque aux quatre coins de la France.

Victime de l’escroquerie, un acheteur a ainsi perdu 50.000 euros dans le Nord-Pas-de-Calais, explique l’UFC Que Choisir. L’homme venait de conclure une vente et s’apprêtait à régler un premier acompte. « C’est à ce moment qu’il a reçu, comme convenu, un courrier de son notaire avec, en pièce jointe, un relevé d’identité bancaire (RIB) de l’étude », explique l’association de consommateurs. Si le courriel faisait bien mention de tous les éléments de la vente : adresse du bien, prix, coordonnées du notaire, les coordonnées du RIB étaient, en revanche, ceux d’un compte à l’étranger et non pas ceux de l’étude à la Caisse des dépôts et consignation. Les escrocs ont piraté la boîte mail du notaire et intercepté le message que le professionnel avait envoyé à son client. Ils ont « remplacé la pièce jointe avec le véritable RIB par une autre contenant leurs propres coordonnées bancaires », souligne l’UFC Que Choisir.

Un appel à la vigilance

Cette méthode a aussi été utilisée pour arnaquer un couple résidant à Pau. Montant du préjudice ? 30.000 euros. Les pirates informatiques seraient « parvenus à transférer sur leur propre boîte électronique tous les messages contenant les mots ‘RIB, virement, acompte, vente, facture’ », précise le communiqué.

Face à cette nouvelle escroquerie, l’UFC Que Choisir appelle à la vigilance au moment de conclure une vente immobilière. L’association de consommateurs recommande de ne plus effectuer de virements d’une somme importante « sur la base d’un RIB reçu par courrier ». Il est conseillé de prendre soin d’appeler l’étude afin de vérifier les coordonnées bancaires ou encore de demander une remise en main propre du RIB. Les particuliers peuvent aussi se rendre directement en agence bancaire afin de faire une transaction sécurisée.