Se connecter S’abonner

Rénovation : les travaux dans les copropriétés repartent plein pot

Le montant total des chantiers dans les immeubles d’habitation est déjà plus élevé en 2021 que pour toute l’année 2020. Et les travaux devraient se multiplier dans les années à venir pour améliorer la performance énergétique.

Copropriété copropriétaires immobilier immeuble
Crédit : iStock.

Souvent désagréables, mais malgré tout indispensables, les chantiers dans les copropriétés se multiplient. Les copropriétés ont voté en assemblée générale pour 3,6 milliards d’euros de travaux depuis janvier, contre trois milliards pour l’ensemble de l’année 2020, selon les chiffres de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), relayés par Les Echos.

Boom des travaux d’isolation en vue

La pandémie de Covid-19 a mis un coup d’arrêt aux travaux l’an dernier, notamment en raison de la complexité ou de l’impossibilité d’organiser les assemblées générales. « Se réunir en présentiel est nécessaire pour l’explication et la prise de décisions. Et il y avait un climat anxiogène, les copropriétaires ont eu tendance à se dire : « on verra après l’épidémie » », explique aux Echos Géraud Delvolvé, le délégué général du syndicat immobilier Unis.

« Les gens n’arrivaient pas à se projeter », confirme au quotidien Philippe Salle, le président de Foncia, premier syndic de France, qui a constaté une baisse de 40% des travaux votés en 2020 et une remontée en 2021, pratiquement au même niveau de 2019.

Les travaux dans les copropriétés ne devraient pas ralentir dans les années qui viennent afin d’améliorer la performance énergétique des immeubles et faire des économies d’énergie, puisque ce type de rénovation est encouragé par l’Etat avec MaPrimeRénov’ et le plan pluriannuel de travaux (PPT), qui permet de programmer les travaux à réaliser sur dix ans.

Le frein principal sera financier, car des copropriétaires de passoires thermiques ne pourront pas investir dans les parties communes en même temps que dans leur logement. S’ils possèdent un appartement classé G dans le diagnostic de performance énergétique, ils seront obligés de faire des travaux pour le mettre en location à partir de 2025. La même contrainte concernera les logements classés F en 2028. Et s’ils décident de vendre pour y échapper, une décote importante est à craindre.