Se connecter S’abonner

Immobilier : la FNAIM veut un « Green Deal » de l’habitat

La Fédération nationale de l’Immobilier (Fnaim) milite en faveur de la tenue d’un « green deal » de l’habitat, afin que la rénovation énergétique puisse se faire en tenant compte de la réalité d’un territoire.

Logement
Crédit: iStock.

La FNAIM verrait d’un bon œil d’imposer le thème logement dans les débats de la présidentielle de 2022. Dans cette perspective, elle présente 19 propositions pour l’améliorer, dans un communiqué publié lundi 15 novembre. Parmi elles, figure l’organisation d’un « Green deal » de l’habitat : une sorte de discussion à l’échelle des intercommunalités, reposant sur une cartographie de l’état du parc immobilier dans les territoires, et réunissant les différents acteurs de l’immobilier. « La rénovation énergétique doit être pensée comme un système, dans lequel chaque acteur prend sa part : les citoyens, les entreprises, l’État, les collectivités. Ce « Green deal » permettrait d’articuler les aides dans le respect de la réalité d’un territoire », précise le communiqué. Car pour le moment, les exigences de la nouvelle loi Climat et Résilience, qui vise l’interdiction des passoires thermiques et s’accompagne du nouveau DPE, sont trop ambitieuses dans les délais annoncés.

Justement, la fédération appelle aussi à continuer de faciliter la rénovation énergétique des copropriétés. Dans cette optique, elle propose la création d’un produit d’épargne reposant sur le plan pluriannuel de travaux (PPT). « L’enjeu autour de la rénovation énergétique et de l’empreinte du parc immobilier est immense, c’est le principal défi du logement pour les décennies qui viennent. Ce doit être une priorité des programmes des candidats, c’est l’accès au logement qui en dépend », commente Jean-Marc Torrollion, directeur général délégué.

Plus de logements

Le communiqué mentionne aussi un autre sujet de taille : la nécessité de produire plus de logements. Un cheval de bataille ancien, pour la fédération qui précise toutefois qu’un équilibre doit être obtenu entre les logements neufs construits dans le parc social et privé et l’accroissement de l’offre dans le parc des logements existants.

Mais, plus globalement, en interpellant les candidats à la présidence de la République, la Fnaim vise quatre objectifs : réconcilier politique de l’offre de logements et lutte contre l’artificialisation des sols ; fixer les conditions d’une approche globale de la rénovation ; repenser l’immobilier et ses acteurs dans une politique de la ville ; préserver les capacités d’accession des Français.