Se connecter S’abonner

Immobilier : 24% des ménages possèdent 68% des logements détenus par des particuliers en France

D’après l’Insee, la concentration de la richesse dans l’immobilier s’accentue. 11% des ménages possédant trois logements ou plus possèdent 46% du parc détenu par des particuliers.

Crédit : iStock.

D’après l’Insee, la concentration de la richesse immobilière s’accentue et les inégalités se creusent. 11% des ménages possédant trois logements ou plus gèrent 46% du parc immobilier détenu par des particuliers.

L’immobilier en France est entre les mains d’une poignée de ménages. L’Insee, dans son étude intitulée « Portrait social de la France », révèle des chiffres impressionnants. En 2017, sur 52,4 millions de maisons et d’appartements recensés, 28,4 millions sont détenus par des ménages. 24% d’entre eux sont multipropriétaires et ont acquis au fil des ans 68% de ces logements. 

11% des ménages possédant trois biens immobiliers ou plus détiennent 46% des logements. 50% du parc immobilier est aux mains des 3,5% des ménages gérant au moins cinq logements. « On est sur la poursuite d’une tendance qui montre le creusement des inégalités de patrimoine dans notre pays », estime Yankel Fijalkow, sociologue du logement interrogé par 20 Minutes.

Neuf multipropriétaires sur dix ont plus de 40 ans et sont plus souvent en couple que l’ensemble des ménages français. « 58 % des multipropriétaires sont aisés ou plutôt aisés, contre 34 % de l’ensemble des ménages », ajoute l’enquête publiée jeudi 25 novembre. 41% d’entre eux appartiennent aux 20% des Français les plus aisés. 

L’immobilier, producteur d’inégalités

« Ces chiffres prouvent que la richesse immobilière est très concentrée en France. Et que la hausse des prix de l’immobilier depuis trente ans a bénéficié aux ménages déjà propriétaires, qui ont pu continuer à investir, alors que la primo-accession est de plus en plus difficile », déplore dans 20 Minutes Alain Trannoy, directeur d’étude à l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Marseille. 

Si 34% des ménages français n’ont qu’un seul logement, les multipropriétaires possèdent une résidence principale, puis une résidence secondaire et « dès le troisième logement possédé, la propriété immobilière des particuliers est essentiellement à usage locatif », précise l’Insee. « Le mythe du petit rentier détenant un seul logement se lézarde », dénonce dans le quotidien gratuit Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du Droit au logement (DAL).

49% des multipropriétaires détiennent au moins un logement en location. « Cela signifie que l’autre moitié des multipropriétaires ne mettent aucun de leur bien en location. Un gros problème quand on sait que notre pays compte quatre millions de mal-logés et 1,8 million de personnes en demande d’un logement social », regrette Yankel Fijalkow, professeur de sciences sociales à l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Val-de-Seine.

Les multipropriétaires aiment investir dans les grandes villes, dévoile l’Insee. Ces ménages ont acheté 37% des logements situés dans le centre de Lyon, Marseille, Paris, Toulouse, et Lille notamment. Les propriétaires de cinq logements ou plus ont accaparé 40% des logements de la capitale. Ce qui « contribue à diminuer l’offre locative dans ces métropoles et à faire des centres-villes anciens pas très habités », note Yankel Fijalkow. Et de conclure : « Les dispositifs incitatifs pour pousser les propriétaires à louer leurs biens n’ont pas porté leurs fruits. »