Se connecter S’abonner

Campagne présidentielle : 3 Français sur 4 estiment que l’habitat senior devrait être un enjeu majeur

Selon une étude OpinionWay – Les Maisons de Marianne, les Français estiment que le vieillissement, la perte d’autonomie et le handicap devraient être des enjeux majeurs de la campagne présidentielle.

iStock

Le vieillissement, le handicap… Les problématiques de la dépendance et de la perte d’autonomie préoccupent les Français. Selon une étude OpinionWay, réalisée en partenariat avec Les Maisons de Marianne, et publiée mercredi 8 décembre, 76% des Français souhaitent que les politiques s’emparent des enjeux de l’adaptation des logements aux personnes âgées, en perte d’autonomie (75%), et en situation de handicap (74%) au cours de la campagne présidentielle. 

« Le vieillissement de la population française s’accélère : en 2030, les personnes de 65 ans et plus représenteront près d’un quart de la population, contre 20% aujourd’hui », souligne l’étude.  Ce vieillissement de la population est l’un des défis majeurs de la société actuelle pour 88% des Français, rapporte l’enquête d’OpinionWay. En effet, les structures spécialisées pour la prise en charge de la perte d’autonomie, comme les Ehpad, ont un coût moyen élevé de 2.200 euros par mois, alors que la pension de retraite moyenne nette en France est de 1.393 euros. Face à cette situation, moins d’un Français sur cinq s’estime en capacité de pouvoir aider financièrement un proche en situation de dépendance. 

Le soutien des collectivités

Autre chiffre important souligné par l’étude : pour 77% des personnes interrogées, la perte d’autonomie est un sujet qui doit être supporté par la collectivité. En effet, pour 92% des Français, l’accès au logement est un cristalliseur d’inégalités pour les personnes en perte d’autonomie. C’est aussi l’avis de 91% des sondés pour les personnes en situation de handicap.

Afin d’encourager le maintien à domicile, 90% des Français estiment que les logements devraient être adaptés à la perte d’autonomie. Pour l’instant, « seuls 45% des répondants estiment que les besoins des familles touchées par ces problématiques sont bien pris en compte par les pouvoirs publics et les collectivités territoriales », conclut l’étude.