Se connecter S’abonner

Impôts locaux : grosse augmentation en vue sur les taxes foncières

Mauvaise nouvelle pour les propriétaires ! Compte tenu du retour de l’inflation, les bases de calcul de la taxe foncière seront revalorisées de 3,4% en 2022.

taxe foncière
Crédit: iStock.

Les propriétaires vont devoir intégrer la donnée dans leur budget. En 2022, la taxe foncière va augmenter fortement. Pour mémoire, la taxe foncière est basée sur la valeur locative cadastrale des biens concernés. Or ces valeurs vont être réévaluées de 3,4 % l’an prochain.

Depuis 2018, l’article 1518 bis du Code général des impôts assoit cette revalorisation annuelle sur l’indice des prix à la consommation harmonisé du mois de novembre (en glissement annuel). Et, retour de l’inflation oblige, cet indicateur a affiché une hausse de 3,4 % en novembre dernier selon les chiffres que vient de publier l’Insee. Il ne s’agit là que d’une demi-surprise dans la mesure où le chiffre provisoire paru en début de mois était déjà ressorti à +3,4 %.

Les bases d’imposition seront donc relevées d’autant. Seule une baisse simultanée des taux appliqués par les collectivités permettrait d’éviter un alourdissement de la fiscalité locale. Rappelons, en effet, que pour déterminer la taxe foncière l’administration part de la valeur locative cadastrale et lui applique, après abattement, les taux votés par les collectivités (commune, intercommunalité, département). Mais, dans un contexte budgétaire tendu, les contribuables n’ont que peu de chances de voir leurs élus locaux réduire les taux d’imposition. Certains seront même peut-être tentés de faire le chemin inverse en portant la hausse de la taxe foncière bien au-delà du minimum requis de 3,4 %.

La taxe d’habitation aussi

La revalorisation des valeurs locatives va aussi concerner les contribuables qui paient encore la taxe d’habitation, que ce soit sur une résidence secondaire ou une résidence principale. Les foyers encore dans le champ de cet impôt ont eu un rabais de 30 % en 2021 (par rapport à 2020) et bénéficieront d’une exonération à hauteur de 65 % en 2022 (toujours par rapport à 2020). Autrement dit, à taux de prélèvement équivalents, la taxe d’habitation de 2022 sera théoriquement réduite de moitié par rapport à celle de 2021. Mais, avec la revalorisation prévue, la baisse réelle se limitera à 48 %.