Se connecter S’abonner

Rénovation énergétique : combien d’années faudra-t-il pour rentabiliser celle de votre logement ?

France Stratégie s’est penché sur la rentabilité de la rénovation énergétique des logements afin de calculer le temps nécessaire pour amortir les dépenses effectuées.

rénovation énergétique
Crédit : iStock.

La rénovation énergétique a un coût. Malgré les aides en place, il faut du temps pour amortir les dépenses engendrées. Dans une note, France Stratégie donne une idée des délais nécessaires pour rentabiliser cet investissement que certains n’ont d’autres choix que de réaliser. En effet, les propriétaires bailleurs ne pourront plus louer une passoire thermique à compter de 2025 pour les logements classés G. Ceux dont le diagnostic de performance énergétique (DPE) a abouti à un classement F disposent de trois ans de plus et ceux dont le bien immobilier est classé E ont jusqu’en 2034. Les vendeurs, eux, seront contraints de réaliser un audit énergétique dès septembre 2022, dès lors qu’ils mettront en vente une passoire thermique.

France Stratégie s’est penchée sur la rentabilité économique de la rénovation énergétique des logements. L’étude concerne les 22 millions de logements privés situés sur le sol de la métropole. L’institution, rattachée au Premier ministre, estime que la rénovation de 9 à 17 millions de logements du parc privé, via un mécanisme de tiers payant, serait rentabilisée par les économies d’énergie en trente ans.

Ce système permettrait aux particuliers de rétrocéder « la majeure partie des économies réalisées sur la facture d’énergie à un opérateur ensemblier en échange d’une prise en charge intégrale du financement et du pilotage des travaux de rénovation ». Pour France Stratégie, ce système a l’avantage d’éviter aux propriétaires de logements rénovés de s’endetter. L’endettement est, en effet, un frein à la rénovation. « La rétrocession d’une part importante des économies d’énergie réduit également le risque d’effet rebond, ajoute l’organisme soulignant que la rétrocession correspond à la part des économies sur la facture énergétique qui revient à l’opérateur finançant les travaux ».

Délai de rentabilité de la rénovation énergétique

Par effet rebond, il entend l’adaptation des comportements des ménages, une fois la rénovation de leur bien achevée. Celle-ci fait que, parfois, les économies d’énergie sont moins importantes que prévu. Un ménage peut, par exemple, choisir d’augmenter la température de son logement pour gagner en confort, plutôt que d’économiser plus. Mais le délai nécessaire avant de rentabiliser une rénovation énergétique dépend d’une multitude de paramètres. Le premier est directement lié aux objectifs fixés sur le DPE. Par exemple, une rénovation visant à atteindre la note C pour 36% du parc privé (7,9 millions d’habitations) sera rentabilisée en vingt ans. De quoi en finir avec les logements classés G et F, soit 4,8 millions de logements, mais aussi les logements D et E, qui sont les plus nombreux.

Si l’objectif est d’atteindre la note B, le délai de rentabilité à vingt ans ne concerne alors plus que 15 % des opérations, soit 3,4 millions de logements. Et si les propriétaires visent l’étiquette A, l’opération sera rentabilisée dans un délai de vingt ans dans 5 % des logements (1 million). Si l’on allonge la période de dix ans, alors, l’obtention d’une note A concernerait 28% et 56% pour un B.