Se connecter S’abonner

Immobilier : malgré la crise, acheter à la montagne reste un investissement sûr

Le secteur de l’immobilier de montagne aurait bénéficié du télétravail pour voir grimper le nombre de locations de longue durée. Explications.

Montagne
Pixabay

C’est bien connu, la montagne ça vous gagne. Et au regard de l’étude annuelle de l’immobilier de montagne établie par le réseau immobilier Cimalpes et relayée par Le Figaro immo, acheter à la montagne reste un investissement sûr. Ainsi, selon cette même étude réalisée par le spécialistede la vente et la location de chalets et appartements en stations de ski, à la montagne, les locations de longue durée (supérieures à un mois) ont grimpé de 20%. L’utilisation de plus en plus normalisée du télétravail n’y est pas pour rien. « De nombreuses familles n’hésitent plus à prolonger leur location d’une ou deux semaines supplémentaires. Certains optent même pour des locations de plusieurs mois, avec en tête l’idée de télétravailler en station cet hiver. On peut alors parler de résidences semi-principales, qui peuvent être occupées 2 à 3 mois durant l’année », étaye l’étude.

Un placement immobilier pérenne

En raison de la crise sanitaire qui se poursuit depuis bientôt deux ans, la valeur refuge que constitue l’immobilier de montagne a été consolidée. Il est considéré « sage mais stable sur la durée », des atouts non négligeables pour les différents investisseurs potentiels. En effet, il ne s’agit pas d’un simple effet de mode mais plutôt d’une croissance pérenne car la montagne offre – au-delà du ski – des paysages époustouflants et de nombreuses activités ludiques et sportives à l’image du VTT ou du trail. Autant d’activités qui ne permettent pas l’ennui, peu importe la saison. De plus, les grands espaces qui entourent les habitations sont un atout pour les Français dont les besoins évoluent. D’ailleurs, selon un sondage réalisé en septembre 2021 par Ipsos, 86% d’entre eux déclarent avoir une image positive du ski. 

De plus en plus d’acheteurs semblent avoir flairé le bon filon et investissent à la montagne en vue d’acquérir une résidence semi-principale. Aussi, un propriétaire de résidence secondaire sur quatre espère même – à moyen ou long terme – la transformer en résidence principale. La demande est donc loin d’avoir baissé. Preuve en est, à Val Thorens, le prix du mètre carré (dans l’ancien comme dans le neuf) a grimpé de 7% en 2021. Un pourcent de moins qu’à Tignes qui enregistrait des hausses de 8% dans l’immobilier neuf. Dans cette station de ski, vous pourrez débourser jusqu’à 23.000 euros par mètre carré si vous voulez acheter un chalet.