Se connecter S’abonner

Immobilier : les conseils pour constituer son apport

Pour obtenir un crédit immobilier, l’apport est crucial : 10 % la plupart du temps. Voici quelques astuces pour le constituer.

impôts
Crédit: iStock.

10 % d’apport, c’est le pourcentage le plus courant pour décrocher un prêt immobilier, parfois c’est 20 %, de rares fois désormais, c’est 0 %. Cela dépend du profil de l’emprunteur, de son âge, de son comportement financier. « Le plus important, c’est d’avoir de la clarté dans vos comptes, c’est-à-dire de démontrer la rigueur de gestion de vos revenus et de vos charges », souligne sur BFM Immo Jonathan Dhiver, fondateur du site Epargne-mensuelle.com.

Pour arriver devant son banquier avec le plein de confiance, mieux vaut mettre en place le plus tôt possible une stratégie d’épargne qui aidera à constituer un apport solide.

Se retenir de piocher dans son apport

Première chose à faire : étudier ses dépenses mensuelles « pour faire des économies ou montrer qu’on est rigoureux », énonce Jonathan Dhiver et « les réduire, quand cela est possible, par exemple en vérifiant ses dépenses d’assurances, ses divers abonnements ou encore ses frais bancaires ».

Pour épargner, « l’astuce est aussi de faire des budgets pour tout, en se fixant un montant maximal par projet. Cela évite les dépenses excessives et les aléas », indique le fondateur du site dédié à l’épargne. Ainsi, il conseille la technique budgétaire « Budget base zéro » : repartir de zéro, en triant les dépenses utiles des dépenses inutiles ou obsolètes.

Il faut aussi placer son épargne en tenant compte des taux de rémunération, mais aussi des risques, et du moment où vous voulez investir. Si c’est dans quelques années, mieux vaut opter pour des placements sûrs, comme les livrets d’épargne. Si c’est à plus long terme, prendre des risques avec une assurance vie ou des actions en Bourse est possible. L’essentiel, c’est de ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier, épargner régulièrement, même de petites sommes, et ne pas piocher dedans.

Enfin, il y a le coup de pouce familial appréciable et apprécié. Pour rappel, les dons d’argent sont défiscalisés entre chaque parent et chacun de ses enfants jusqu’à 100 000 euros tous les quinze ans. Les grands-parents ou arrière-grands-parents peuvent aussi donner sans payer d’impôts dans la limite de 31 865 euros et de 5 310 euros.