Se connecter S’abonner

Logement : sur PAP, 58% des annonces de locations à Paris respectent l’encadrement des loyers

Le site de petites annonces immobilières entre particuliers a réalisé une étude. Elle démontre qu’à Paris, les investisseurs locatifs les plus respectueux de l’encadrement des loyers sont ceux qui louent les plus grands appartements.

Loyers
Crédit : PAP.fr

En 2021, 57,9% des annonces de locations à Paris, publiées sur le site PAP.fr, respectaient l’encadrement des loyers. Une moyenne inférieure à celle dévoilée à la fin du mois de novembre dernier (65%) dans une enquête de la Ville de Paris et de la Fondation Abbé-Pierre. Pour parvenir à cette part, Particulier à particulier a scruté 27.524 annonces de logements loués vides ou meublés. De manière plus détaillée, l’étude aboutit à la conclusion suivante : les 42,1 % d’annonces non conformes concernent des surfaces inférieures à 21 m².

Comme l’explique l’étude, le problème tient au fait que les barèmes en vigueur ne correspondent pas à la réalité du marché. « Les niveaux de loyers par mètre carré ne sont pas aussi linéaires que ce qui a été défini dans les barèmes, car plus la surface est petite, plus le prix au mètre carré est élevé. » De manière générale, PAP précise que sans savoir si certains dépassements font l’objet d’un complément de loyer justifié, « il ressort que 12,4% des annonces publiées affichent un dépassement inférieur à 50 euros, tandis que 10,9% affichent un dépassement compris entre 50 et 100 euros. Le solde dépasse les 100 euros ».

Des dépassements souvent importants

Au-delà de 21 m², plus le logement est grand, plus le respect de l’encadrement des loyers s’améliore. Si le taux de non-conformité atteint 46% pour les appartements d’une pièce, il passe à 39,2% pour les appartements de deux pièces. Il n’est plus que de 25,5% pour les logements comptant cinq pièces ou plus. Et si, toutes surfaces confondues, 57,9 % des annonces respectent les plafonds, ce n’est le cas que pour 26,8 % des studios de moins de 20 m².

En revanche, le fait qu’un logement soit loué vide ou meublé influe peu sur le respect de l’encadrement des loyers, sauf pour les très petites et les très grandes surfaces. « Les studios de moins de 20 m² respectent encore moins les plafonds de loyers en location vide (78,9% de dépassement) qu’en location meublée (72,4% de dépassement) », note l’étude. Les appartements d’au moins cinq pièces les dépassent plus souvent en location meublée (30%) qu’en location vide (21,1%). Et il s’agit le plus souvent de biens immobiliers haut de gamme.