Se connecter S’abonner

Immobilier : les logements neufs repartent, les pavillons très demandés

Le pavillon, star de l’après-Covid ? Le nombre de permis de construire délivrés en France en 2021, a dépassé les chiffres d’avant la pandémie, avec une hausse sensible des maisons individuelles.

logements
Crédit: iStock.

Selon les estimations dévoilées vendredi 28 janvier par le ministère de la Transition écologique, il y a eu 471.000 logements autorisés l’année dernière. Non seulement c’est nettement plus (+18,9%) qu’en 2020, quand les confinements avaient mis un coup d’arrêt à l’activité, mais c’est aussi davantage (+4,6%) qu’en 2019, avant l’irruption du Covid-19. Il faut remonter à août 2018 pour trouver un chiffre supérieur sur 12 mois. Mais surtout, la hausse est très nettement tirée par les pavillons et lotissements : avec 211.800 permis de construire pour des logements individuels, soit 15,8% de plus qu’en 2019, ce secteur n’a pas été aussi dynamique depuis presque 10 ans.

Ce qui confirme chez les Français une forte progression pour le vert et l’envie de jardin avec la sortie des confinements. Les logements collectifs (259.200 permis de construire), eux, sont sortis du trou de la crise sanitaire mais restent encore en-deçà de l’avant-Covid. « C’est tiré par les logements individuels, c’est vraiment un des faits marquants des chiffres qui viennent de sortir », commente pour l’AFP Clara Wolf, économiste chez Meilleursagents. « Dans tous les sondages qu’on fait, il y a cette envie de vert, d’espace, un certain désattrait des métropoles en faveur des zones périurbaines », ajoute Clara Wolf.

Eviter l’artificialisation des sols

Une tendance qui « ne va pas trop dans le sens de l’histoire », commente-t-elle, puisqu’en contradiction avec les impératifs environnementaux. La loi Climat et résilience, promulguée en août, pose l’objectif d’éviter l’artificialisation des sols, qui contribue au réchauffement climatique et à la perte de biodiversité.

Or, les programmes immobiliers peuvent être très gourmands en foncier, surtout les maisons individuelles. La ministre du Logement Emmanuelle Wargon les avait d’ailleurs qualifiées en octobre de « non sens écologique, économique et social », pointant aussi la dépendance à la voiture qu’elles entraînent. Ce qui lui avait attiré les foudres du milieu de la construction.

« Pas assez de permis de construire »

Du côté des professionnels de l’immobilier, la crainte de voir les prix s’envoler en 2022 est forte. Pour Pascal Boulanger, président de la Fédération des promoteurs immobiliers, « on est repartis vers une crise du logement » car trop peu de permis de construire sont octroyés. On est toujours, note-t-il, en-deçà de 2017, quand les permis de construire avaient atteint un pic en frôlant les 500.000 par an. Je n’arrête pas d’alerter les pouvoirs publics, les maires : attention, vous ne signez pas assez de permis de construire. »

D’autant qu’à partir de 2023, les « passoires thermiques », soit les logements trop énergivores, commenceront à être exclus du marché locatif, lui faisant craindre une hausse des prix. Une autre préoccupation vient du secteur du bâtiment. Car selon les données du ministère, à prendre avec précaution en raison d’un changement de méthodologie en cours d’année, le bâtiment peine à suivre le rythme de la reprise.

Des bâtiments mieux adaptés aux canicules

Avec 386.700 mises en chantier estimées en 2021, la France reste légèrement en dessous de son niveau d’avant-crise. Les professionnels du BTP ont déjà souffert de la hausse des coûts des matériaux et des difficultés d’approvisionnement consécutives à la pandémie. Et certains ont dû retarder ou reporter leurs chantiers, alertait jeudi la Capeb, le syndicat patronal du secteur. L’entrée en vigueur, le 1er janvier, de la réglementation environnementale « RE2020 », risque d’accentuer le phénomène.

Elle impose en effet des bâtiments moins consommateurs d’énergie et mieux adaptés aux canicules, par exemple en posant des pompes à chaleur, et des constructions avec des matériaux plus écologiques, comme le bois. Ce qui risque de renchérir le coût des travaux, et donc de retarder des chantiers… ou d’augmenter le prix des maisons.