Se connecter S’abonner

Airbnb : Colmar durcit les règles de locations des logements

La ville de la région Grand-Est a adopté, lundi 31 janvier, de nouvelles règles contraignantes pour réduire le nombre de meublés de tourisme, qui comptent désormais pour 10% des logements du centre-ville.

Airbnb
Crédit : iStock.

Plus de 1.200. C’est le nombre de meublés de tourisme que compte la ville de Colmar, dans le Grand-Est. Jusqu’en 2020, le nombre d’habitations transformées en meublés de tourisme a augmenté, chaque année, d’environ 30%. « Au centre-ville notamment, presque 10% des logements sont officiellement affectés à de l’activité de meublé de tourisme », explique la municipalité au site actu.fr

Pour lutter contre ce phénomène, la ville a décidé de durcir les règles en encadrant la création de logements de type Airbnb. « Jusqu’à présent, il y avait une obligation de déclaration du changement d’usage d’un logement, c’est tout. À partir de ce 1er février, pour pouvoir [transformer une résidence secondaire en meublé de tourisme], la condition est de créer un logement équivalent dans un rayon de 300 mètres, avec une exception : le premier meublé de tourisme réalisé par une personne physique n’est pas soumis à cette condition. C’est seulement à partir du deuxième que la compensation devient obligatoire », explique au média Éric Straumann, le maire de la ville de 70.000 habitants.

Jusqu’à 50.000 euros d’amende

Pour les résidences principales, la réglementation française limite la location temporaire à 120 jours par an. De plus, le règlement impose aussi que le nombre de logements affectés à l’accueil touristique ne dépasse pas 15% d’un immeuble.

Le but ? Limiter le « mouvement d’investisseurs qui se ruent sur Colmar pour acheter des immeubles et les transformer en meublés de tourisme ». Le non-respect de ces nouvelles règles est passible d’une amende dont le montant peut s’élever jusqu’à 50.000 euros.