Se connecter S’abonner

Morbihan : un couple distribue 3.000 tracts pour trouver une maison dans son budget

Les jeunes primo-accédants cherchaient un bien à acheter avec un budget de 280.000 euros.

Immobilier
Crédit: iStock.

Une méthode originale. Face à la hausse des prix de l’immobilier à Séné, près de Vannes, dans le Morbihan, un couple de primo-accédants a usé d’un stratagème étonnant afin d’acquérir un bien, rapporte Ouest-France. Les deux jeunes gens, 28 ans, cherchaient à acheter une maison pour un budget de 280.000 euros. Mais, face à la flambée des prix et après avoir visité cinq maisons hors budget, avec d’importants travaux, le couple a décidé d’imprimer 6.000 tracts afin de les distribuer dans la commune pendant plusieurs semaines.

Une démarche payante puisque le 3.000e tract a fait réagir un propriétaire, qui a accepté de vendre l’une de ses trois maisons, de 92 m², avec un terrain de 384 m², pour 277.500 euros. « Au-delà de mes démarches personnelles de recherche de logement, je souhaite avant tout que les candidats et les élus locaux en place s’emparent du sujet », explique Clément Le Franc, qui fait partie du conseil municipal, sur sa page LinkedIn. Le jeune homme souhaite sensibiliser les politiques à la hausse des prix de l’immobilier en Bretagne. En effet, à Vannes, les prix ont augmenté de 15 % en un an et de 50 % en cinq ans. Le prix au mètre carré s’élève en moyenne à 3.835 euros.

Limiter les excès

Afin de dénoncer les prix en hausse des maisons, Clément Le Franc a lancé un compte Instagram, appelé « Immobilier Séné ». Il appelle notamment à ce que la ville de Vannes et son agglomération soient classées en zone tendue. « Ça permettrait de limiter les excès avec une taxe sur les résidences secondaires (elles représentent 10 % du parc immobilier à Séné), de réglementer les prix, de limiter le nombre de logements Airbnb…», affirme-t-il à Ouest-France.

« Le débat est posé, il ne reste qu’à s’en saisir : nous (je parle des jeunes primo-accédants et des jeunes actifs en général) attendons des propositions pour freiner la spéculation et surtout faire en sorte que les locaux ne soient pas mis en dehors de chez eux ! », ajoute-t-il en interpellant les candidats à l’élection présidentielle.