Se connecter S’abonner

Immobilier : à Paris, mieux vaut louer qu’acheter

A Paris et en proche banlieue, les primo-accédants ont tout intérêt à louer leur logement. Seules quelques villes leur permettent encore d’acheter un bien immobilier sans perdre de surface.

immobilier

L’effort financier est très important pour acheter un bien immobilier dans Paris. Selon une étude de la start-up Virgil, spécialisée dans le financement de l’apport personnel des primo-accédants, repérée par BFM TV, les primo-accédants y sont presque exclus de l’accès à la propriété. Avec un prix moyen du mètre carré aux alentours des 10.000 euros, devenir propriétaire est « réservé » aux détenteurs de hauts revenus et aux acquéreurs disposant d’un apport personnel élevé.

L’étude part de l’exemple d’un primo-accédant disposant de 40.000 euros brut de revenus annuels. Dans ce cas, « pour sauter le pas de la propriété, les primo-accédants ont besoin de se projeter dans un appartement équivalent à ce qu’ils louent. Malheureusement, la différence entre les prix à l’achat et les prix de la location à Paris rend cette réalité impossible », explique l’étude.

Une poignée de villes plus avantageuses

Aussi, pour qu’un achat immobilier soit plus avantageux en matière de superficie que la location, le primo-accédant doit sortir de la capitale. Sans quoi, pour le même budget mensuel que son loyer, il perdra jusqu’à 35% de surface en devenant propriétaire dans Paris. « En moyenne, à Paris, un primo-accédant devra sacrifier 26% de superficie s’il veut devenir propriétaire. Par exemple, un jeune actif qui gagne 40.000 euros brut par an et qui vit dans le 18e [arrondissement] peut louer un appartement de 27m². Pour transformer son loyer en mensualité, il doit sacrifier 7m²», détaille l’étude.

Mais les prix de l’immobilier en région parisienne sont tels que, pour gagner en surface, seules quelques villes permettent d’éviter une perte de surface. Il s’agit d’Aubervilliers, où le prix moyen est proche de 4.100 euros du mètre carré, comme à Saint-Denis. Dans ces deux villes de Seine-Saint-Denis, le gain de pouvoir d’achat par rapport à une location est de l’ordre de 12%. Dans le Val-de-Marne, Ivry-sur-Seine (5.350 euros/m²) et Saint-Maurice (5.810 euros/m²) offrent aussi la possibilité de s’acheter un logement plus spacieux que sa location.