Se connecter S’abonner

Immobilier : la part des primo-accédants achetant seuls en forte baisse en 2021

Prix élevés, niveau d’apport, taux d’endettement… Se lancer dans l’achat d’un bien immobilier en solo n’est pas toujours simple.

assurances
Crédit : iStock.

Alors que les prix de l’immobilier sont en hausse partout en France et que les conditions d’accès au crédit ont été limitées par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), la part des acquéreurs achetant seuls est en diminution, selon l’Observatoire Mon premier achat proposé par Empruntis et SeLoger et rapporté par BFM Business.

Ainsi, en 2021, quatre primo-accédants sur dix ont acheté seuls, relève l’étude. Cette part est en forte baisse depuis la crise sanitaire, avec une diminution de 7 points depuis 2019. Selon Empruntis, l’année dernière, les acquéreurs se lançant dans l’achat d’un bien en solo étaient 78% à acheter dans l’ancien. Ils étaient 18% à acheter dans le neuf et seulement 4% pour la construction. Par ailleurs, 5% des primo-accédants achetaient sans apport. En revanche, ceux ayant obtenu un prêt sans apport étaient des emprunteurs disposant de hauts revenus, précise BFM Business. 

Un prêt de 185.223 euros en moyenne

Autre donnée intéressante : le revenu moyen mensuel des personnes empruntant seules est en moyenne de 3.873 euros. L’apport moyen est lui de 63.657 euros. De plus, les emprunteurs primo-accédants ont acquis en moyenne un bien de 226.978 euros, soit 19% de moins qu’un couple, dont le montant s’élève à 279.158 euros. Le montant du prêt moyen est, lui, de 185.223 euros sur 21 ans. Un montant supérieur à la moyenne des crédits immobiliers qui est de 20 ans et un mois, avec un allongement de 15 mois depuis un an, précise l’Observatoire. 

« La crise sanitaire impacte plus fortement les primo-solos que les primo achetant en couple : un seul revenu est toujours moins rassurant que deux. (…) Pourtant des solutions existent ! Ils ont d’ailleurs le bon réflexe : l’estimation de la capacité d’emprunt en amont du projet pour mettre tous les atouts dans leurs manches, y compris les prêts aidés, dont le prêt à taux zéro constitue le principal levier », analyse auprès de BFM Business, Cécile Roquelaure, directrice des études d’Empruntis.