Se connecter S’abonner

Immobilier : SeLoger lance une consultation nationale

La plateforme internet va permettre de recueillir des témoignages et réclamations afin de les transmettre sous forme d’un manifeste au futur gouvernement.

loyers
Crédit: iStock.

La plateforme d’annonces immobilières SeLoger lance, en partenariat avec OpinionWay, une consultation nationale en ligne afin de regrouper les témoignages et réclamations des Français, rapporte Le Parisien, jeudi 10 mars. « Le logement figure parmi les postes de dépense les plus importants pour les ménages français mais le sujet semble être un grand absent de la présidentielle 2022. Alors, nous avons décidé de replacer le logement au cœur de la campagne », explique au quotidien le groupe. 

L’objectif de cette opération baptisée « Le logement, parlons-en » ? « Mettre en lumière les attentes des Français et proposer des pistes de solutions pour demain », souligne SeLoger. La plateforme dédiée sera ouverte jusqu’au 20 mars prochain. « Il s’agit d’une vraie démarche citoyenne qui donne la parole à tous les Français sur un sujet qui nous touche tous », assure dans Le Parisien Caroline Vigneront, codirectrice du département Qualitative chez OpinionWay. « Une première de par sa méthodologie, son ambition collaborative et la lecture en miroir de ce que proposent les acteurs du marché et les attentes des Français », ajoute-t-elle.

Donner la parole aux Français

Une fois les témoignages, réclamations et propositions récoltés par le biais de la plateforme en ligne, ces derniers seront transmis sous la forme d’un manifeste au futur gouvernement lors des Assises du logement et de la mixité urbaine, qui se dérouleront début juin.

« En tant qu’acteur spécialisé en matière de logement et d’immobilier, il nous a semblé nécessaire de donner la parole à l’ensemble de la filière, d’un bout à l’autre de la chaîne. Cela passe donc par les acteurs du marché, les pouvoirs publics mais également et surtout les Français, pour qui l’immobilier reste plus que jamais une valeur refuge », conclut dans le quotidien Séverine Amate, porte-parole chez SeLoger.