Se connecter S’abonner

Crise du logement : les locations touristiques limitées aux Sables-d’Olonne

Face à un manque de logements pour les locations à l’année, la commune des Sables-d’Olonne (Vendée), a instauré des quotas de locations touristiques.

Location
Crédit: iStock.

Les locations à l’année sont difficiles à trouver aux Sables-d’Olonne face au nombre de locations touristiques. « Au 1er mars, l’agglomération compte 2.773 résidences qui déclarent la taxe de séjour. Sur ces 2.773 résidences, on compte 2.252 résidences secondaires », explique un membre de la municipalité dans Ouest-France. Au total, l’agglomération dénombre 47.000 résidences. 

Pour faire face à ce phénomène, les élus ont instauré des quotas de locations touristiques très stricts dans certains quartiers de la ville. C’est le cas notamment dans le centre-ville et sur le remblai. « Des logements sont occupés trois mois par an et certains quartiers comptent deux tiers de résidences secondaires. On souhaite rééquilibrer le nombre de locations touristiques », précise le membre de la municipalité dans le quotidien. 

50.000 euros d’amende

La mise en place de ces quotas fait suite à une première mesure prise le 1er janvier 2020. Cette dernière oblige les propriétaires de résidences secondaires qui souhaitent avoir un usage commercial de leur logement à le signaler et le déclarer à la commune.

« Entre janvier 2018 et janvier 2022, le nombre de locations de courtes durées déclarées a augmenté de 141 % », souligne dans Ouest-France Yannick Moreau, président de l’agglomération et maire des Sables-d’Olonne. Le délai pour effectuer sa déclaration a été fixé au 1er septembre. En cas de non-respect de cette mesure, les propriétaires risquent jusqu’à 50.000 euros d’amende et 80.000 euros dans le cas d’une fausse déclaration ou en cas de récidive.