Se connecter S’abonner

Immobilier : le bien à rénover, un miroir aux alouettes ?

Acheter un bien immobilier à rénover à l’heure où la guerre en Ukraine fait flamber le coût des matières premières demande réflexion.

immobilier
Crédit : iStock.

Acheter un bien immobilier en France devient de plus en plus compliqué. Notamment car les prix de l’immobilier et des taux de crédit n’ont de cesse d’augmenter. Pour réduire le total de la facture, les ménages regorgent d’idées. Ils tentent de négocier le taux de leur crédit en faisant jouer la concurrence, discutent des frais de dossier ou augmentent leur durée d’emprunt pour réduire leurs mensualités de remboursement. Mais les banques ne leur facilitent pas la tâche. « L’ambiance en ce moment chez les banques, c’est “zéro risque” », confie au Figaro un expert du marché du crédit.

Mais il existe une autre solution : acheter un bien à rénover. Celui-ci est généralement moins coûteux en raison des travaux à effectuer. « Les négociations reprennent sur les biens qui présentent des défauts », explique Yann Jéhanno, président de Laforêt. Encore une fois, les banques redoublent de prudence. « Elles demandent une épargne de sécurité complémentaire – environ 30% du montant des travaux – afin de prévoir une hausse du coût des matières premières que les prestataires répercuteront sur le consommateur. Il n’est pas rare qu’elles réclament aussi une mise à jour des devis », détaille la directrice stratégie de Finance Conseil, courtier en crédit immobilier, Sophie Ho Thong.

L’immobilier fragilisé par la guerre en Ukraine

Outre la prudence des banques, il faut aussi faire face à la flambée des matières premières, imputables à la guerre en Ukraine. « Pour une rénovation classique (travaux d’embellissement), comptez sur une hausse de 10 à 30% de votre facture, selon les travaux réalisés et les matériaux employés », note Jean-Christophe Repon, président de la Capeb, syndicat professionnel qui regroupe les petites entreprises artisanales du bâtiment. De cette manière, le surcoût se chiffre entre 10 et 15.000 euros. Si vous envisagez d’améliorer la performance énergétique de votre logement, il faudra encore faire fonctionner la planche à billets.

De quoi inquiéter la Fédération française du bâtiment. « Nous n’avons pas encore constaté d’arrêts de chantiers de rénovation », entame son président Olivier Salleron. Et de poursuivre, auprès du média : « Mais la situation pourrait se tendre à l’avenir, avec des clients plus réticents à accepter de nouvelles hausses de prix, dans un contexte où les particuliers devront mobiliser plus de ressources pour faire face à l’envolée des prix de l’énergie et de l’alimentation ». Et la situation pourrait se tendre encore davantage avec l’intégration potentielle d’une clause de revoyure aux devis des professionnels du bâtiment. Cette idée en jachère leur permettrait d’augmenter leurs prix en cas d’augmentation des coûts dans leur secteur.

En fait, il faut garder tous ces éléments en tête avant d’entamer des travaux de rénovation. D’abord en les faisant estimer, mais aussi en négociant avec votre banque. Tout en faisant également attention aux potentielles répercussions de la guerre en Ukraine sur la livraison des matériaux nécessaires à votre projet de rénovation.