Se connecter S’abonner

Logement : quel programme pour Emmanuel Macron et Marine Le Pen ?

En matière d’accès au logement, Marine Le Pen envisage une priorité nationale. Emmanuel Macron, lui, souhaite lutter contre les discriminations en étendant la caution publique.

logement
Crédit : iStock.

La question du logement est un peu le grand absent de cette campagne présidentielle. Si les programmes d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen ne semblent pas particulièrement fournis sur la question, BFMTV a souhaité faire un tour d’horizon de leurs propositions.

Une mesure essentielle pour Marine Le Pen : la priorité nationale dans l’accès aux logements sociaux et étudiants pour « les foyers dont au moins l’un des parents est français ». La présidente du Rassemblement national souhaite également « construire 100.000 logements sociaux par an dont 20.000 en faveur des étudiants et jeunes travailleurs ». Au cours d’une interview sur Europe 1, le 31 janvier dernier, elle a qualifié la loi SRU, qui impose des quotas de 20 ou 25% de HLM dans certaines villes, de « stupidité ». Elle réfléchit même à la « supprimer totalement ». Marine Le Pen envisage aussi de « créer un Fonds de garantie des loyers pour protéger les propriétaires » contre les impayés.

De son côté, Emmanuel Macron a déclaré vouloir étendre la caution publique pour couvrir auprès des bailleurs d’éventuels impayés de loyer des locataires. Cette mesure devrait aider « à lutter contre les discriminations dans le logement ». La garantie Visale, réservée d’abord aux jeunes, peut aujourd’hui être demandée par tous les salariés du privé gagnant moins de 1.500 € net, ainsi que tous les jeunes de moins de 30 ans. Par ailleurs, le président sortant prévoit de verser automatiquement les aides, et notamment les aides au logement (les APL), afin d’éviter le non-recours.

Mise en place de prêts immobiliers au-delà de 25 ans pour Marine Le Pen

Dans son programme, Marine Le Pen propose également de faciliter l’accès à la propriété notamment grâce à la mise en place de prêts immobiliers au-delà de 25 ans. Tous les jeunes couples (dont la moyenne d’âge sera inférieure à 30 ans et dont l’un de deux membres est de nationalité française) à la recherche d’un bien immobilier, pourront bénéficier de la mise en place d’un prêt public à taux zéro sur dix ans. Son montant maximal sera de 100.000 €, dont le capital restant dû sera effacé dès la naissance du troisième enfant. Ce prêt « viendra compléter tout prêt immobilier souscrit auprès d’une banque », précise Marine Le Pen. Emmanuel Macron, lui, n’a pas formulé de propositions sur le sujet.

A propos de fiscalité, la candidate RN veut baisser l’impôt sur les successions en sortant de l’assiette les biens immobiliers à hauteur de 300.000 €. Elle souhaite également remplacer l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) par un impôt sur la fortune financière. Le candidat LREM, lui, a précisé vouloir modifier les droits de succession en ligne directe, avec un abattement qui passerait de 100.000 à 150.000 €. Il souhaite également créer un abattement pour les lignes indirectes comme les enfants du conjoint, les neveux et nièces, les petits-enfants.

700.000 logements rénovés par an pour Emmanuel Macron

Si elle est élue présidente, Marine Le Pen lancera « un plan de réhabilitation de l’habitat ancien grâce à des aides efficaces ». Du côté de la rénovation énergétique, Emmanuel Macron entend rénover 700.000 logements par an, « avec des solutions proposées à tous les Français, dont certaines sans aucune avance de frais ».

Enfin, le candidat LREM veut créer une « Prime Adapt’ » prenant en charge, « selon les ressources, jusqu’à 70% des coûts des travaux d’adaptation » des logements des personnes âgées. Ainsi, elles pourront continuer à vivre chez elles. Pour Emmanuel Macron, il convient de « donner la responsabilité en matière de logement, et les financements qui vont avec, aux communes et aux intercommunalités ».