Se connecter S’abonner

Immobilier : le prix du mètre carré bientôt en dessous de 10.000 euros à Paris ?

Les ventes des logements anciens sont en baisse, tout comme les prix, comme le soulignent les notaires du Grand Paris.

JO 2024
Crédit : iStock.

Si Paris occupe toujours régulièrement les premières places des classements des villes parmi les plus chères du monde, la tendance est à la baisse et pourrait amener le prix moyen de la pierre parisienne à passer sous la barre symbolique de 10.000 euros du mètre carré dans les prochains mois, comme le souligne le Figaro ce vendredi 29 avril.

Alors que la majorité des arrondissements de la capitale avait franchi ce plancher en 2019 et que le cap des 11.000€/m2 avait failli être atteint à l’été 2020, les prix de l’immobilier parisien rencontrent une baisse historique selon plusieurs observateurs.

Si le plancher psychologique des 10.000 euros est encore loin d’être re-franchi, il devient de plus en plus une possibilité. Les ventes des logements anciens sont en baisse, tout comme les prix, comme le soulignent les notaires du Grand Paris dans leur communiqué mensuel sur la conjoncture immobilière francilienne pour le mois de février 2022.

Une tendance à la baisse qui risque de se poursuivre

À cette date, le prix au m² des appartements anciens dans la capitale a reculé à 10.550 euros, soit une baisse de 1,2% en un an. Une tendance à la baisse qui devrait se poursuivre les prochains mois toujours selon les notaires du Grand Paris. Une projection des prix qui pourrait atteindre 10 410 euros au moins de juin 2022, ce qui représenterait une baisse de 2,4% en un an.

Une baisse historique confirmée par la plateforme Meilleurs Agents dans leur baromètre national des prix de l’immobilier : « Pour le septième mois consécutif, les prix dans la Ville Lumière ont continué de reculer (-0,5%). Du jamais vu depuis 10 ans, quand la fermeture drastique par les banques des robinets du crédit en 2011 avait divisé par 2,5 le nombre de crédits ! »

Une baisse des prix propice à une relance des ventes à Paris

Même si les appartements de luxe et autres biens rares sont toujours convoités, c’est surtout les grandes surfaces, plus importantes et moins chères, qui s’en sortent mieux avec des diminutions de seulement -0,1% contre -0,8% pour les superficies moins élevées, souligne Meilleurs Agents.

Cette baisse des prix de la pierre parisienne pourrait néanmoins permettre de relancer les ventes. Comme le précise les notaires du Grand Paris dans leur communiqué : « L’érosion des prix parisiens laisse peut-être de nouvelles opportunités aux acquéreurs, apportant une nouvelle fluidité au marché. ». La pandémie ayant mis un frein aux projets immobiliers de bien des acheteurs, cette année 2022 pourrait être celle d’un retour à plus de rationalité pour le marché immobilier parisien.