Se connecter S’abonner

Crédit immobilier : des critères plus exigeants pour les emprunteurs

Pour cause d’inflation et de hausse des prix, les conditions d’accès à un crédit immobilier seraient actuellement beaucoup plus exigeantes selon des experts. En ligne de mire, la situation et la qualité du bien peuvent être déterminantes pour influer sur la décision des banques.

crédit immobilier surendettement
Crédit : iStock.

Selon une étude interne du courtier en crédit Vous financer, le printemps est rude pour les demandes de crédit immobilier, et les banques durcissent leurs conditions et sont plus que jamais exigeantes avant d’octroyer un prêt. Un constat partagé par près de 70% des courtiers Vous financer dans leurs expertises sur les dossiers de crédits des clients de leur réseau (qui compte près de 200 agences à travers la France).

Parmi les constatations apportées par le réseau de courtiers en crédit, les emprunteurs doivent compter minimum sur un apport personnel d’au moins 10% (voire 20%) s’ils veulent espérer convaincre les banques. De même l’apport d’une épargne après opération afin de faire face aux aléas et dépenses imprévues, propices après l’achat d’un bien, est un élément crucial.

Près de 75% des agences du réseau ont également pointé du doigt des refus liés au taux d’usure (dès 45 ans) ou d’endettement des emprunteurs.

Des biens moins énergivores et plus proches du travail pour espérer un crédit immobilier

Si en ces temps de hausses des coûts de l’énergie et des pénuries de matériaux dus au conflit ukrainien, la consommation énergétique d’un bien, mais aussi sa vétusté et le coût des travaux ont un impact direct sur la décision finale des banques dans l’octroi d’un crédit immobilier.

Autre nouveauté pour beaucoup d’experts et qui peut être reliée directement au coût de la vie quotidienne, l’éloignement et la distance entre le domicile et le travail sont dorénavant des critères non négligeables. Selon Vous financer, un éloignement de plus de 50km pourrait limiter l’endettement à 30% afin de faire face aux dépenses de carburant superflues. Une donnée qui peut devenir un véritable casse-tête pour les emprunteurs, notamment en régions.