Se connecter S’abonner

Les produits d’épargne immobilière séduisent à nouveau les Français

Dans l’immobilier, les souscriptions de parts SCPI se sont envolées au 1er trimestre 2022, à hauteur de 2,6 milliards d’euros, soit +55 % sur un an.

immobilier
Crédit : iStock.

Avec l’inflation, les Français qui ont de l’épargne à placer s’intéressent de nouveau à l’immobilier. Les souscriptions de parts SCPI, des fonds immobiliers qui gèrent un portefeuille d’immeubles (bureaux, commerces, entrepôts) ont augmenté au 1er trimestre 2022, à hauteur de 2,6 milliards d’euros, soit +55 % sur un an, selon l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim). L’une des meilleures années, après une baisse des souscriptions liée à la Covid, rappelle le quotidien Le Figaro.

Ces produits ont été résistants face à la crise. Les rendements ont atteint en moyenne 4,49 % en 2021. C’est mieux que l’inflation. Habituellement, l’immobilier est un bon rempart contre la hausse des prix. De fait, la pandémie n’a pas fragilisé le modèle. « Les SCPI ont passé l’épreuve du feu ces deux dernières années », précise Paul Bourdois, le fondateur du courtier France SCPI.

Néanmoins, quelques sociétés très spécialisées, dans les commerces ou l’hôtellerie ont vu temporairement leurs revenus baisser. Cependant, la pandémie a changé les habitudes de souscriptions. Les fonds thématiques ayant misé sur les gagnants de la Covid comme la santé, les entrepôts, les logements sont les nouvelles locomotives de la collecte. Le climat d’incertitude actuel joue également en faveur de ces produits. 

Avec la guerre en Ukraine, la recherche de sécurité

La guerre en Ukraine et les oscillations de la Bourse ont poussé certains épargnants à rechercher plus de sécurité. « Quand la Bourse fait le yo-yo, l’immobilier, lui, rassure », analyse Jonathan Dhiver, fondateur du courtier MeilleureSCPI.com.

Pour rappel, les SCPI sont des sociétés qui permettent aux épargnants d’investir dans l’immobilier par leur biais. Elles ont pour rôle d’acquérir et de gérer des immeubles qu’elles louent pour un usage commercial ou d’habitation. Ces fonds immobiliers s’occupent ensuite du bon fonctionnement de ce parc locatif et reversent une part des loyers aux souscripteurs.