Se connecter S’abonner

Immobilier : investir près des sites des JO 2024, un bon filon ?

À deux ans des JO 2024, les villes qui accueilleront les épreuves sportives pourraient bénéficier de rentabilités importantes.

JO 2024
Crédit : iStock.

Les Jeux olympiques de Paris 2024 pourraient bien être un bon filon à saisir pour les investisseurs.  C’est en tout cas ce que souligne une étude réalisée par les sites SeLoger et Meilleurs Agents, et relayée par Le Parisien. La hausse des prix depuis 5 ans et les taux de rentabilité affichés pourraient être un argument de poids pour un investissement dans ces villes attractives.

Peut-on y voir un effet JO 2024 ou pas ? Les prix de l’immobilier ont en tout cas augmenté dans toutes les villes hôtes depuis 2017, avec parfois des chiffres supérieurs à la moyenne nationale de +22,3%. Seules les villes de Paris, Colombes et Boulogne-Billancourt connaissent un léger recul du prix au m² depuis un an, mais enregistrent tout de même des rentabilités intéressantes.

Comme le souligne l’étude de Se Loger et Meilleurs Agents, malgré le fait que la majorité des épreuves se dérouleront à Paris, l’investissement dans la capitale est très loin de représenter l’option la plus intéressante. En cause : des prix trop élevés qui font baisser la rentabilité brute à 3,4%, soit l’une des plus faibles du tableau. D’après les chiffres de l’étude, c’est bien Saint-Étienne, qui remporte la médaille d’or de la meilleure rentabilité avec 9,4% de rentabilité brute pour une hausse des prix de 27,6% en 5 ans. La ville accueillera plusieurs épreuves olympiques et paralympiques en 2024.

La Seine-Saint-Denis, l’incontournable des JO 2024

L’étude note tout de même que c’est le département de la Seine-Saint-Denis qui représente les opportunités d’investissement « les plus attrayantes » avec notamment la présence du village olympique, mais aussi la tenue des épreuves d’athlétisme et de natation. Les trois villes du département, Saint-Denis, Le Bourget et La Courneuve enregistrent respectivement des rentabilités de 5,4%, 6,5% et 6,7%. La ville de Saint-Denis accueillera par ailleurs des matchs d’un autre grand événement sportif à venir : la coupe du monde de Rugby en 2023, avec notamment les matches d’ouverture et de finale de la compétition.

Si les villes qui accueilleront des épreuves olympiques bénéficient toutes de développements urbains importants, le Grand Paris Express aura également un effet positif sur l’investissement. Comme l’explique au Parisien la responsable des études économiques chez SeLoger et Meilleurs Agents, Barbara Castillo Rico : « L’extension de la ligne 14 jusqu’à Saint Ouen et Saint Denis, la ligne 16 qui reliera la gare de Saint Denis Pleyel à celle de Noisy Champs et la ligne 15 qui fera le tour de Paris, modifieront le paysage immobilier sur le long terme ». L’extension des lignes et l’inauguration future des deux nouvelles lignes de métro 16 et 17 ont déjà fait grimper les prix aux alentours de la gare du Bourget, comme le souligne Le Parisien.

L’étude souligne tout de même que malgré l’offre alléchante que représente un effet JO 2024, ce dernier reste temporaire. L’évolution potentielle sur le long terme du marché locatif reste à prendre en compte. Des villes comme Elancourt et Vaires-sur-Marne présentent par exemple des scores intéressants en termes de rentabilité, mais la part de locataires y est aussi beaucoup plus faible (respectivement 35,6% et 39,5% que dans d’autres villes plus attractives. La vacance locative hors période des JO reste donc un écueil à éviter.