Se connecter S’abonner

A Paris, l’immobilier haut de gamme ne connaît pas la crise

Selon le réseau immobilier Daniel Féau, de janvier à avril, les ventes de biens à Paris et dans la proche couronne ouest ont déjà dépassé les chiffres de 2021.

immobilier

Malgré la période inflationniste, l’immobilier de prestige reste convoité. Le réseau d’agences immobilières Daniel Féau a constaté une augmentation nette des transactions depuis début 2022. De janvier à avril, les ventes de biens à Paris et dans la proche couronne ouest ont déjà dépassé les chiffres atteints à la même période en 2021, rapporte Boursier.com. Et ce, pour les biens vendus entre 2 et 3 millions d’euros ainsi que ceux cédés au-dessus de 3 millions d’euros.

Les appartements parisiens sans défaut avec un espace extérieur partent à une vitesse rarement constatée. Les prix, orientés à la hausse, n’y changent rien. Sans le sésame d’un espace extérieur, les produits sans défaut affichent des prix « globalement stables, à un niveau élevé ». C’est le cas d’un appartement de 132 m² dans le 16e arrondissement de Paris vendu, en mars dernier, sur une base tarifaire de 3,7 millions d’euros. Un autre logement de 167 m², avec 3 chambres donnant sur le Champ-de-Mars et la Seine était affiché 5 millions d’euros. Pour les produits avec défaut (étages inférieurs, nuisances sonores, manque de clarté), la durée de commercialisation est plus longue et les prix connaissent une baisse.

Le nombre d’acquéreurs en baisse de 10 % par rapport à 2019

La vente des biens situés en province subit un léger recul par rapport à l’année dernière. Cela s’explique par une pénurie de beaux produits à vendre notamment sur les marchés du Sud ou de la côte normande. Ces derniers partent rapidement.

Au sein du réseau immobilier Féau, le nombre d’acquéreurs a baissé de 10 % par rapport à 2019. Ils surveillent de près la remontée des taux d’emprunt en raison de la forte inflation et n’hésitent pas à contracter des crédits rapidement en prévision d’une poursuite de ce mouvement.

« Les multiples élevés et la volatilité observés sur le marché des actions les incitent à privilégier la pierre dans leur allocation personnelle d’actifs », précisent les dirigeants de Féau. Enfin, la dimension « valeur refuge » de la pierre pèse dans le contexte actuel. Une « valeur de jouissance quotidienne » se manifeste même par la volonté d’allouer une part plus importante de son patrimoine à l’endroit où l’on vit tous les jours.

La clientèle internationale, notamment nord-américaine, opère un retour assez timide, mais l’appétence pour Paris et un cours du dollar très favorable pourraient l’emporter face à l’instabilité économique liée à la guerre en Ukraine.