Se connecter S’abonner

Immobilier : face à l’inflation, la CLCV demande le gel des loyers

Avec l’inflation, les loyers sont en forte hausse. Face à la situation, l’association de consommateurs réclame leur gel pour une durée de 12 mois à compter du 1er juillet 2022.

gel des loyers
Crédit : iStock.

Dans un communiqué, l’association de consommateurs CLCV affirme que la hausse des loyers pourrait atteindre 2,48 à plus de 5% d’ici la fin de l’année. « Du jamais-vu depuis 2009, où la hausse constatée était de 2,83% », souligne-t-elle. En cause ? La conjoncture actuelle et la forte inflation que subissent les ménages français.

En effet, les loyers sont révisés chaque année selon les variations d’un indice : l’IRL (indice de référence des loyers), qui correspond à la variation, sur les douze derniers mois, de l’évolution des prix à la consommation, hors tabac et loyers. En période d’inflation, les loyers augmentent donc mécaniquement. « Dans un contexte de hausse des prix extrêmement importante, y compris pour les produits essentiels, les locataires ne pourront faire face à de telles augmentations », alerte la CLCV.

Un gel pour le secteur privé et social

En effet, le paiement des loyers représente 25 à 40 % du budget des ménages. Face à la situation et au risque d’impayés pour les locataires, l’association de consommateurs réclame un gel des loyers d’une durée de douze mois à compter du 1er juillet 2022, « tant pour le secteur privé que le secteur social ».

La CLCV appelle aussi à réfléchir sur les modalités de révision des loyers « afin d’éviter que les locataires ne soient systématiquement victimes des conjonctures économiques ». Elle évoque la création d’un nouvel indice, « plus stable et moins sujet aux variations de l’inflation », ou encore la détermination d’un seuil maximal d’augmentation afin « de réagir au plus vite ».