Se connecter S’abonner

Jeux Olympiques : louer son appartement pendant la compétition peut rapporter gros

Alors que la billetterie des Jeux Olympiques devrait ouvrir à la fin de l’année 2022, il reste assez de temps pour positionner son offre.

Maison
Crédit: iStock.

Propriétaires parisiens, les Jeux olympiques et paralympiques qui se dérouleront en 2024 dans la capitale pourraient être une source de revenus intéressante. C’est en tout cas le constat établi durant les événements internationaux où le prix des locations flambent. D’ailleurs, durant les JO de Rio en 2016, la ville avait vu affluer un demi-million de touristes, faisant tutoyer aux locations de type Airbnb des prix avoisinant les 185 euros, rappelle Les Echos. A Londres, quatre ans plus tôt lors du même événement sportif, c’était 401 euros en moyenne.

« C’est souvent à dix-huit mois avant la tenue de l’événement que les réservations s’effectuent et avec un regain d’activité pour les demandes de dernière minute », explique un expert auprès du média. Pas de panique, il reste encore du temps pour se positionner. En effet, l’ouverture de la billetterie des Jeux est prévue fin 2022. Le calendrier des ventes s’échelonnera ensuite courant 2023, au gré des tirages au sort successifs. ll reste assez de temps pour positionner son offre. Pour l’instant, impossible de dire si la mairie de Paris agira en prenant des mesures exceptionnelles pour empêcher la surenchère.

Les règles à connaître

Il faut ainsi connaître quelques règles. Actuellement, dans la capitale il est prévu que : « Seuls les propriétaires de leur résidence principale sont en mesure de louer dans la limite de cent vingt jours par an après avoir déposé une déclaration de meublé tourisme en ligne. Quant aux locataires de leur résidence principale, ils sont également autorisés à louer mais avec l’accord écrit de leur bailleur ». « Il faudra vérifier au préalable que le règlement de copropriété n’interdit pas cette activité », précise Stanislas Couteaux, cofondateur de Book-A-Flat. Si le logement ne respecte pas ce cadre, il est interdit de le louer sur du court terme, sauf si une autorisation exceptionnelle est accordée. Il faudra, en pareil cas, changer l’usage d’habitation en local commercial et de régler une compensation financière.

En cas de contrôle, « le propriétaire devra payer une amende de 50.000 euros plus une astreinte d’un montant maximal de 1.000 euros par jour et par mètre carré jusqu’à régularisation », ajoute la Mairie de Paris. D’autres villes françaises comme Nice, Lyon et Bordeaux, où se dérouleront certaines épreuves ont également pris des mesures similaires.

Du monde à loger pendant les Jeux Olympiques

Parmi les solutions avancées par les experts, louer son logement au printemps ou à l’été 2023 avec un bail de courte durée, d’un à dix mois. « Ce sera une façon de maîtriser le départ du locataire juste avant les JO », préconise Martin Menez, président-fondateur de Bevouac. Alexis Alban, directeur général adjoint de Lodgis, a, lui décelé une brèche dans un arrêt de la Cour de cassation datant du 18 février 2021. Celui-ci analyse que « le fait de louer, à plus d’une reprise ou au mois au cours d’une même année, un local meublé pour une durée inférieure à un an, telle qu’une location à la nuitée, à la semaine ou mois, à une clientèle de passage, constitue un changement d’usage d’un local destiné à l’habitation, et par conséquent à une autorisation préalable ». « Considérant que cet arrêt utilise le terme « à plus d’une reprise », il devient possible de louer une fois et exceptionnellement en 2024 et en toute légalité », affirme ce dernier.

Il y aura en effet du monde à loger. « Nous avons prévu plus de 40.000 chambres par ville, situées dans des hôtels, des résidences gérées, des auberges de jeunesse et d’autres hébergeurs professionnels. Si cela ne s’avère pas suffisant, nous chercherons ponctuellement des offres complémentaires. Mais rien n’est sûr », explique le CIO. Pour attirer les touristes, il conviendra au bailleur de faire des propositions de qualité (décoration, équipements, services…). Enfin, il est conseillé de souscrire une assurance contre de potentiels sinistres.